Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 10:20

Ca fait bien trop longtemps que je n'ai pas parlé de livres pour enfants sur le blog ! Je reviens donc avec un album d'Emmanuelle Houdart (encore !).

Tout va bien, Merlin ! d'Emmanuelle Houdart

J'ai envie de parler de ce livre depuis très longtemps, sans trop savoir par quel bout prendre les choses. Parce que ce n'est pas un album ordinaire à mes yeux.

C'est l'album avec lequel j'ai vraiment découvert Emmanuelle Houdart.

Avec lequel j'ai pris conscience que la bizarrerie n'effrayait pas les tout-petits, bien au contraire (par contre, les adultes, c'est parfois une autre histoire...).

C'est surtout LE livre du magicien.

C'est avec une phrase extraite de ce livre que je le calmais, avant même sa naissance.

C'est le premier album que je lui ai lu, le jour de ses un mois.

C'est le premier livre que je lui ai fait dédicacer.

Mais de quoi parle-t-il donc, ce livre ?

Merlin se demande qui a pris son biberon, qui joue avec ses cubes ou qui se repose dans son fauteuil. Dragon, licorne ou monstre, c'est tout un bestiaire fantastique qui a pris place dans l'univers quotidien du tout-petit. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, ces monstres ne sont pas menaçants, bien au contraire : ils sont tous disposés à s'occuper de Merlin et à jouer avec lui. C'est ce que souligne le texte, qui reprend comme un refrain "Tout va bien, Merlin !".

Tout va bien, Merlin ! d'Emmanuelle Houdart
Tout va bien, Merlin ! d'Emmanuelle Houdart

Jeu de coucou/caché (au bout de quelques lectures, les enfants reconnaissent les personnages qu'ils vont découvrir à la page suivante), jeu sur la peur de l'inconnu, avec une issue toujours rassurante, ce livre est très riche pour des tout-petits.

Et Emmanuelle Houdart a la bonne idée de ne pas affadir son dessin parce qu'il s'adresse aux tout-petits. S'il est moins foisonnant que dans d'autres de ses titres (comme Abris), il reste d'une grande richesse (ah, les motifs des tissus !) et devient très lisible pour les tout-petits, grace à ses couleurs vives sur fond blanc.

Et ce livre a encore pris une place plus particulière dans notre vie grâce à mon amoureux. Certain(e)s d'entre vous le savent, pour Noël, il m'a fait la surprise de m'emmener chez Emmanuelle Houdart pour choisir une reproduction grand format d'un de ses dessins. Passée la surprise (il ne m'avait pas dit où on allait, autant vous dire que quand elle a ouvert la porte, je me suis retrouvée bouche ouverte sans savoir quoi dire !), j'ai rapidement eu l'impression de boire un thé chez une copine ! Elle a pris le temps de nous montrer ses dessins (y compris un de l'album qu'elle prépare avec Stéphane Servant), tous ses livres, de nous parler de sa manière de travailler... Elle m'a même offert deux albums ! (non, je ne les ai pas encore tous...).

Tout va bien, Merlin ! d'Emmanuelle Houdart

Et Paul a craqué. Il m'a offert une magnifique reproduction de la licorne et ses bouquins. Et il a acheté un original : "tout va bien, Merlin, c'est un gentil monstre marin !" Parce que c'est cette phrase là qu'on chuchotait à mon ventre pendant la grossesse, qu'on utilisait pour calmer le magicien. Le dessin est au dessus de son lit. Il fait désormais partie du rituel du soir, dans son lit de grand : mon fils a la chance d'avoir un monstre marin extraordinaire qui veille sur lui.

Tout va bien, Merlin ! d'Emmanuelle Houdart
Repost 0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 10:56

J'ai été taguée sur Facebook par Gabriel de la Mare aux mots. Il fallait que je cite 10 albums jeunesse qui m'ont particulièrement plu ou marqué. Je me suis dit que j'allais faire d'une pierre deux coups et en faire un article !

Cette liste n'est qu'une des possibilités. Parce que des albums que j'adore, des albums qui m'ont marqué, il y en a beaucoup plus que 10. Mais cette liste me plait parce qu'elle est un peu de moi, alors j'ai décidé de la partager.

Je commence avec 5 livres de mon enfance. Parce que pour moi, ce sont eux les plus marquants, finalement. Parce que je les ai tous retrouvés, chez ma mère ou chez ma grand-mère, et que je compte tous les lire au magicien.

10 albums que j'aime

(oui, cet exemplaire est tout pourri, mais c'est le mien !)

Parce qu'il est dédicacé par ma grand-mère : "juin 87, Laura a 1 an. C'est une "grande" la princesse, Mamette". Parce que oui, je fais partie des enfants qui ont eu la chance de baigner dans les livres dès la naissance, ou presque. 

Parce qu'il est drôle, et tellement loin des livres niais sur la propreté. 

Il n'est plus édité, malheureusement, mais vous pouvez le retrouver dans le recueil Histoires pour se poiler au Seuil, présenté ici. La série "petite princesse" de Tony Ross est toujours en cours, et c'est souvent drôle et bien vu. J'ai un faible pour Je veux gagner.

 

10 albums que j'aime

Parce que c'est à mes yeux la base de la littérature jeunesse.

Et parce qu'un des brigands a pour arme un soufflet qui lance du poivre. 

Pour les couleurs, pour les tours en forme de chapeau. 

J'aurais pu choisir le géant de Zéralda du même auteur, aussi. 

 

10 albums que j'aime

Parce que ce livre me faisait pleurer, quand j'étais petite. Dans la même série, j'ai également un faible pour la tasse cassée et Noël chez Ernest et Céléstine

 

10 albums que j'aime

Et les autres albums du père castor que me lisait ma grand-mère. J'en parlais ici

 

10 albums que j'aime

Parce que Mimi Cracra est un surnom qui m'est resté longtemps. 

 

 

Mais il y a aussi les albums d'aujourd'hui. 

10 albums que j'aime

Pour les illustrations tellement riches et originales (et parfois un peu flippantes) d'Emmanuelle Houdart. Pour le côté tellement rassurant du texte. 

Parce que c'est le premier livre que j'ai lu au magicien, le jour de ses 1 mois.

 

10 albums que j'aime

Pour l'univers décalé, des histoires qu'on ne pourrait pas trouver chez d'autres auteurs. Dans celui-ci, l'écureuil est bien embêté : la lune est tombée sur sa maison, et si on le suspecte de l'avoir volé, on le mettra en prison. Il doit s'en débarasser. 

Pour la beauté et l'humour des illustrations. Chlop a parlé d'un autre titre de cette série ici.

 

10 albums que j'aime

Parce qu'il fallait au moins un album d'Ilya Green dans cette liste. 

Et au moins un album antisexiste.

J'en parle ici et

 

10 albums que j'aime

Pour la beauté des illustrations. Pour l'histoire qui évoque dans un même album l'abandon, la différence, l'exclusion, l'amitié, l'importance d'être accompagné, d'avoir un nom. 

 

10 albums que j'aime

Parce qu'il fallait au moins un album de Vaugelade dans la sélection. 

Parce que j'adore ce conte, si malin. 

 

Mais 10 albums, c'est vraiment trop peu. J'aurais aimé citer aussi des albums de Komako Sakai, Gilles Bachelet, Kitty Crowther, Philippe Corentin, Alain Le Saux, Olivier Tallec, Joelle Jolivet, Benjamin Chaud...

 

Et vous ? Ca me ferait vraiment très plaisir que vous fassiez cette liste de 10 albums, en commentaire ou sur votre blog !

Repost 0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 18:53

Chaque premier samedi du mois, le challenge "je lis aussi des albums" propose un thème commun. J'ai ainsi publié un livre sur l'amour le premier samedi de février, un livre sur le printemps le premier samedi de mars. J'ai malheureusement raté les rendez-vous d'avril et de mai, mais me revoilà aujourd'hui ! Le thème du jour, ce sont les albums anglais,(albums d'auteurs, illustrateurs anglais, albums sur l'Angleterre, se déroulant en Angleterre, albums pour apprendre l'anglais...).

 

Je pensais avoir trouvé l'album idéal, un album qui est dans la pile des livres dont j'avais envie de parler depuis longtemps (j'avais un brouillon d'article qui datait d'octobre), et dont j'étais certaine qu'il était écrit et illustré par deux anglaises. Mais je découvre en préparant l'article que si Helen Oxenbury est bien anglaise, l'auteure, Mem Fox, est australienne...Tant pis, trop tard pour changer de livre ! 

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

Cet album est une comptine,. Le texte se déroule toujours de la même manière : "un bébé est né ..., un autre bébé est né..., et ces deux bébés, tout le monde le sait, ont deux petites mains, et deux petits pieds". 

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

Mais parmi tous ces enfants, un est à part, même s'il a, lui aussi, deux petites mains et deux petits pieds. "c'est le mien !"

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

C'est donc une mère qui parle ici. Avec son refrain le texte plait généralement beaucoup aux tout-petits. Ils y découvrent des repères tout en s'enrichissant grace aux variantes. 

Les illustrations d'Helen Oxenbury sont comme toujours magnifiques, pleines de tendresse. Elles sont simples et lisibles, le plus souvent sur fond blanc ou avec un décor simple. 

Chaque répétition de la comptine présente deux nouveaux bébés, qui rejoignent ceux présentés précédemments. Au fur et à mesure du livre, les enfants grandissent : du nouveau né du début, ils marchent à quatre pattes, puis se mettent debout... Ils jouent ensemble, se tiennent par la main, se font des calins... 

On y découvre des enfants de toutes origines et de tous horizons. Dans une littérature jeunesse ou une écrasante majorité des personnages sont blancs, cela fait du bien. 

 

Un autre extrait, en anglais cette fois, pour rentrer un peu plus dans le cadre du challenge : l'occasion de voir que les 10 doigts et 10 orteils sont devenus les 2 mains et les 2 pieds en français ! Les images viennent d'ici

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

J'ai proposé ce livre au magicien pour la première fois quand il avait 9 ou 10 mois. J'ai d'ailleurs découvert ce livre a ce moment là, par hasard, j'avais déjà repéré sa couverture à la bibliothèque mais je n'avais jamais pris le temps de le regarder vraiment. Je l'ai réemprunté à plusieurs reprises. Il faisait partie de ses livres fétiches vers un an. On est ensuite passés à d'autres lectures. Mais je pense que ce livre l'a vraiment marqué. "mains" et "pieds" ont fait partie de ses premiers mots. Et il y a un mois, avec un collègue, nous avons organisé une séance "petite enfance" à la bibliothèque où nous avons utilisé ce livre. Le magicien était présent, et même s'il ne l'avait pas vu depuis plusieurs mois, je suis certaine qu'il l'a reconnu : il s'est précipité dessus et n'a pas voulu le lâcher ! Ce livre a donc provisoirement fait son retour chez nous... 

 

Chlop parle également de cet album ici.

Helen Oxenbury est une super illustratrice qui a fait de nombreux albums pour enfants. Parmi eux, j'aime particulièrement la chasse à l'ours écrit par Michael Rosen (que je présente brièvement ici et dont Chlop parle ). Je ne l'ai pas encore lu au magicien... il faudra que je le fasse, tiens ! Pour écouter un peu d'anglais, le voilà raconté par son auteur, Michael Rosen, jubilatoire ! Et le roi Jules et les dragons écrit par Peter Bently. 

 

Challenge bleu : 17/20

Challenge bleu : 17/20

Repost 0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:00

Un court article sur ce livre, parce que j'avais déjà parlé assez longuement de Axinamu des mêmes auteurs. Si Axinamu est consacré aux animaux terrestres, Oxiseau est un imagier sur les oiseaux, avec là encore des rabats à soulever, des silhouettes à reconnaitre...

Mais je voulais quand même y consacrer un article, déjà pour vous montrer à quel point il est beau, encore plus magnifique je trouve, que celui consacré aux animaux :

Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)

 

Mais aussi parce que je voulais vous dire à quel point il plaisent au magicien. Le magicien qui ne dit toujours pas "bonjour" mais qui dit "bison" et "manchot". 

 

Nous avons montré Axinamu au magicien pour la première fois en février 2013. Oxiseau vient de rejoindre sa bibliothèque. Ces livres ont un statut un peu particulier pour lui : alors que la quasi totalité de ses livres est en accès libre dans sa chambre, ceux-là sont rangés dans le salon avec MES livres pour enfants. Il sait qu'il doit installer ces livres soigneusement au sol pour pouvoir les regarder, car il sont trop grands pour qu'il le manipule autrement.

Il les regarde d'un air gourmant en disant "gros gros". Il en prend soin, les manipule calmement, et a bien compris qu'il fallait refermer les rabats avant de tourner les pages. Ils sont en très bon état si on excepte un accident quand il avait 9 ou 10 mois. 

Il reconnait certains animaux, les nomme, imite leur bruit...

 

J'aime bien proposer de temps en temps des très grands formats au magicien, qui permettent de mettre particulièrement en avant l'objet livre. J'aime particulièrement ceux-là, car avec leurs rabats, ils rendent nécessaire un vrai investissement physique. Ces livres se regardent, mais ils se "vivent" aussi, comme le montre bien, je trouvent, les deux séries de photos suivantes : 

Axinamu, février 2013Axinamu, février 2013Axinamu, février 2013

Axinamu, février 2013

Axinamu, mai 2014Axinamu, mai 2014Axinamu, mai 2014

Axinamu, mai 2014

L'anonymat du magicien sur internet étant important à mes yeux, on ne voit pas le grand sourire qu'il a en manipulant ces livres, il va falloir me croire sur parole !

Challenge bleu : 16/20

Challenge bleu : 16/20

Repost 0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:16

Celles et ceux qui me connaissent savent à quel point j'adore Ilya Green. J'ai d'ailleurs déjà parlé de deux de ses livres, mon arbre et marre du rose, qui sont tous les deux des coups de coeur. Alors forcément, quand j'ai vu passer les premiers Bulle et Bob, série qu'elle a illustré, je les ai feuilleté, et ça m'a fait envie. Mais quand en plus, j'ai lu le coup de coeur de Maman Baobab pour le dernier, Bulle et Bob au jardin, je me suis dit avant même des les écouter que j'allais adorer. Alors forcément, lors de notre visite suivante à la librairie , je l'ai montré au magicien en chantonnant la mélodie que j'avais retenue en voyant la bande annonce (oui, les mélodies restent très facilement dans la tête). Et il n'a plus voulu le lâcher. Il a été rejoint rapidement par Bulle et Bob dans la cuisine.

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green
Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Je pourrais expliquer que les illustrations d'Ilya Green sont superbes, mais je préfère vous mettre quelques images qui parleront d'elles-mêmes. On y trouve de nombreux petits détails, et le magicien adore chercher et montrer les coccinelles et les différents légumes du jardin, les fraises dans la cuisine... Il montre aussi le chat, présent sur quasiment toutes les pages de Bulle et Bob dans la cuisine. 

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green
Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Plutôt que des histoires à proprement parler, ces albums nous livrent deux tranches de vie. Un frère et une soeur plantent des tomates cerises dans le premier, font un gateau dans le second. On y retrouve de nombreux plaisirs enfantins : mettre les mains dans la terre, arroser, manger des petits bouts de pate crue, mettre du bazar partout...

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Chaque histoire dure un bon quart d'heure. Les textes sont simples. C'est Nathalie Tual qui lit tout le texte même s'il y a de nombreux dialogues, donc on retrouve l'ambiance intimiste d'une adulte qui lit une histoire, et pas l'effet "théâtre" que l'on a parfois quand chaque personnage est lu par un lecteur différent. Les chansons sont entrainantes, Nathalie Tual a une très belle voix et les mélodies comme les paroles se retiennent facilement (oui, je connais déjà les deux albums par coeur).  Elle est parfois accompagnée par ses deux enfants, et par Anne Sylvestre dans Bulle et Bob dans la cuisine. 

La relation entre le frère et la soeur et bien rendue. Les adultes sont absents, ou presque (une grand-mère intervient pour allumer un four). Et on retrouve à la fois la complicité et les petites rivalités d'une fratrie. Qui est-ce qui va s'approprier le grand rouleau à patisserie ? Bob, l'aîné, bien sûr. Mais c'est aussi lui qui va trouver des solutions pour que sa soeur réussisse ses gateaux et l'aider à ouvrir le robinet du jardin. 

 

Et le magicien ? 

Le magicien a voulu mettre son chapeau, comme Bulle dans le livre.

Le magicien a voulu mettre son chapeau, comme Bulle dans le livre.

Il voue à ces livres une passion qui me surprend chaque jour. Jusque là, il n'avait prêté aucune attention aux histoires à écouter en CD (j'avais testé "Pépito super héros" qui le laisse de marbre), mais là, il les réclame à longeur de journée ("Bob Bob !"). Il est capable de les écouter 2 ou 3 fois de suite sagement assis devant le lecteur CD, en regardant le livre. Il les connait par coeur, montre les détails, et s'il ne tourne pas les pages "au bon moment", il est tout à fait capable de retrouver la page qui correspond à la chanson qu'il est en train d'écouter. 

Même si on les écoute souvent ensemble, il reste aussi de longs moments à l'écouter seul, et j'avoue que ce n'est pas complètement etranger au fait que j'apprécie autant ces livres-CD. Bulle et Bob dans la cuisine = une douche tranquille !

 

Si la perspective de 20 minutes tranquilles ce que je dis de ces deux livres n'a pas suffi à vous convaincre, voilà la bande annonce de Bulle et Bob au jardin et vous pouvez retrouver d'autres extraits sur le site de Didier Jeunesse. Moi, je n'ai qu'un seul problème : on doit bientôt rendre "Bulle et Bob dans la cuisine" à la bibliothèque !

Challenge bleu : 14 et 15/20

Challenge bleu : 14 et 15/20

Repost 0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 12:00
Le petit monde d'Elliott Erwitt

Quand on a reçu ce livre à la bibliothèque, j'ai tout de suite pensé à Apostille qui cherchait il y a peu "un livre pour bébé avec des photos, de préférence des photos de personnes" et puis je l'ai feuilleté et j'ai eu un gros coup de coeur pour ce livre.

C'est un imagier tout simple qui regroupe des photographies d'un grand photographe américain, Elliott Erwitt. J'avoue mon ignorance totale en photo : je n'en avais jamais entendu parler. Des photos en noir et blanc, prises entre 1950 et 2005. Toutes superbes. Tour à tour drôles, émouvantes, intriguantes... On y trouve de nombreux enfants, des bébés, mais aussi des familles entières, des personnes âgées, des animaux, et en particulier de très nombreux chiens à qui Erwitt voue une véritable passion. 

Et Marie Houblon, qui a sélectionné les photos, a eu l'excellente idée de les accompagner d'un simple verbe. Le fait d'utiliser un verbe et pas un nom, un adjectif ou un texte explicatif est de nous envoyer imédiatement du côté de l'imaginaire, de l'interprétation, de l'échange, et jamais de la pédagogie. L'interprétation est plus ou moins évidente selon la photo. Dans certains cas, on trouve plusieurs photos pour un seul verbe (jouer... au ballon et jouer... de la musique). 

 

Voici quelques unes de mes préférées. (Je pense que ma préférée est celle qui représente une mère et son bébé, allongés sur le lit, qui se regardent, accompagnés du verbe "découvrir", mais elle est trop sombre pour que je la reproduise, et c'est une raison de plus d'aller voir ce bouquin !). 

Le petit monde d'Elliott Erwitt
Le petit monde d'Elliott Erwitt
Le petit monde d'Elliott Erwitt
Le petit monde d'Elliott Erwitt

Je ne pense pas que ce livre soit un livre "pour bébé", mais je pense qu'on peut le montrer à des bébés qui seront fascinés par les photos, comme on peut le présenter à des enfants plus grands avec qui on pourra discuter. 

 

Marianne de La mare aux mots en parle aussi ici

Challenge bleu : 12/20

Challenge bleu : 12/20

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 23:27

Jeudi, j’ai passé la journée en formation sur la « chanson jeunesse ». J’ai découvert plein de choses, réécouté des chansons que j’aimais petite fille, et j’ai chanté plein de chansons à mon fils. Depuis, j’ai « j’habite une maison citrouille » dans la tête.

Ca m’a donné envie d’en parler sur les vendredis intellos, blog que j’ai délaissé ces temps-ci. Mais comme j’ai pris 10 pages de notes et que je suis bavarde, pour ne pas assommer tout le monde je vais en parler en plusieurs fois. Aujourd’hui, je parle de la chanson pour les tout-petits. Je présente plein de collections intéressantes, de livres-CD à ne pas rater... Allez y jeter un coup d'oeil !

 

On a parlé, lors de cette formation, de plusieurs livres CD que j’écoutais avec le magicien. Alors ici, je vais vous donner mon avis perso (et celui du magicien) sur ces écoutes, et sur les livres qui les accompagnent. Ca tombe bien, j'avais un bout d'article en brouillon sur ce sujet !

Je vous avais déjà parlé de mes coups de coeur pour Berceuses du monde de Didier Jeunesse et Coccinelle Demoiselle

 

Parmi nos classiques, on trouve aussi deux livres CD de chez Didier Jeunesse, les jeux chantés des tout-petits (réédité sous le titre "les jeux chantés des p'tits lascars") et les premières comptines des tout-petits (réédité sous le titre "les premières comptines des p'tits lascars"). Le premier est un cadeau, nous avons trouvé le second en vide grenier. 

 

Comptines, chansons et jeux de doigts
Comptines, chansons et jeux de doigts

Le premier réunit des jeux de doigts et trouve le bon équilibre entre grands classiques qu'on est contents de retrouver (ainsi font, l'araignée gypsie, petit escargot...) et découvertes. Les explications des gestes, parfois accompagnées de petits schéma, sont très claires. Les illustrations de Martine Bourre sont très belles (vous en avez un aperçu sur le site de l'éditeur). le magicien adore les jeux de doigts. Seul petit regret : les 42 pistes s'enchainent un peu rapidement, et il est difficile de suivre les paroles et les jeux de doigts sur le livre tout en étant vraiment dans l'échange avec le bébé. J'ai parfois eu l'impression, aussi, qu'on passait à la suivante quand le magicien commençait à piger le truc. Mais je pense que ce livre est une excellente base pour se constituer son propre répertoire de jeux de doigts. 

 

Je trouve le second un peu moins réussi au niveau des illustrations (certaines ont d'ailleurs été changées dans la nouvelle édition), mais j'adore son contenu. Les formes de chanson proposées sont plus variées : quelques jeux de doigt, des comptines parlées, des chansons... Le jeu sur les longueurs est intéressant, avec les comptines de quelques phrases qui servent d'intermède entre deux chansons plus longues. Là encore, on retrouve des classiques (à la volette, pimpanicaille...) et on fait des découvertes. 

 

Quelques unes de ces comptines m'interrogent, au niveau des valeurs véhiculées. Il est régulièrement question de coups de batons, de p'tit dernier pour qui il ne reste rien... J'ai fit le choix de les chanter quand même, en me disant qu'elles ne me servaient pas de modèle éducatif et qu'on aurait l'occasion d'aborder ces sujets quand il serait plus grand.  Il n'y en a qu'une que je saute en général : "le p'tit GIldas". Parce que non seulement "son père en colère... beaucoup beaucoup l'gronda ! on le mit dans la cave... tout seul avec les rats, hihi hahaha" mais qu'en plus le commentaire ajoute "Cette chanson, loin de traumatiser les enfants, éveille leur curiosité et leur donne tout loisir de se moquer. Les "hihi hahaha" sont éloquents et montrent clairement qu'il s'agit moins de s'identifier au p'tit Gildas que de le montrer du doigt et de se laisser aller au plaisir de la raillerie". Alors non, j'encouragerai pas mon gamin à me moquer d'un enfant cruellement puni... Mais ce n'est qu'une chanson sur les 33 proposées, et je trouverais dommage de se laisser arrêter par ça !

 

 

Nous écoutons aussi beaucoup "mon imagier des rondes" (qu'il va falloir que je me décide à rapporter un jour à la bibliothèque...) et nous avons acheté récemment "mon imagier des amusettes". 

Comptines, chansons et jeux de doigts
Comptines, chansons et jeux de doigts

Cette fois, ce sont des petits formats cartonnés aux couvertures épaisses, plus facilement manipulables par les tout-petits. 16 chansons ou comptines par volume, une double page consacrée à chaque chanson. Et j'adore les illustrations d'Olivier Tallec. Le premier réunit là encore des jeux de doigts, le second, comme son nom l'indique, réunit des rondes. Je pense qu'il est génial à utiliser en groupe, avec des enfants de maternelle (pour un gouter d'anniversaire ?). Mais il peut aussi tout à fait s'utiliser pour danser juste avec un tout-petit, en respectant ou non les gestes. Le plus grand bonheur du magicien est de nous regarder, son papa et moi, en train de faire les gestes (non, vous n'êtes pas obligés de nous imaginer tout les deux en train de "danser la capucine" devant un magicien hilare). 

Là encore le choix des chansons est bien fait, il est agréable à écouter, et à une exception près (j'ai envie de tordre le coup de l'enfant qui "tient par la barbichette") les voix des enfants sont agréables (et pourtant, je n'aime pas du tout les chants d'enfants). 

Je pense qu'un intérêt de ces titres, c'est qu'ils peuvent facilement et rapidement être utilisés par l'enfant seul, avec son livre et son lecteur CD. Mais ça serait dommage de se priver d'un aussi chouette moment de partage et d'échange mais bon, des fois ça permet d'aller aux toilettes tranquille

Nous, on les utilise aussi sans CD : le magicien ouvre le livre, je chante la chanson (oui, au bout de quelques jours temps on les connait toutes par coeur) et dès qu'il tourne la page, je change de chanson, même si je suis en plein milieu d'une phrase. Ca l'éclate !

Ah, petit détail : quand ils indiquent sur la 4e de couv' "pistes 17 à 33, jeux", c'est en fait seulement les versions instrumentales des chansons. 

 

Bref, ces 4 livres CD, on aurait du mal à s'en passer. Le magicien nous les demande très souvent. Il réussit même maintenant à mettre de la musique tout seul (et est ravi d'avoir trouvé la touche "monter le son" les voisins moins je pense).

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 13:37

Toujours pour répondre à la question d'Apostille, après les imagiers d'Anne Sol, j'avais envie de vous parler de la collection "le tour du monde" chez Milan Jeunesse.

 

Toute la collection fonctionne sur le même principe : des photos qui occupent presque toute la page, 2 lignes de légende et un planisphère en début d'ouvrage pour situer les différents peuples. 

Le tout dans un petit format carré aux feuilles plastifiées plutôt solides pour les petites mains. 

Il en existe sur différents sujets et tous ceux que j'ai feuilleté sont chouettes : les habitations (j'habite ici), les moyens de locomotion (sur les chemins du monde), le repas (tous à table)...

Mais mes préférés restent ceux centrés sur la famille :

Photos du monde
Photos du monde

Voilà quelques unes de mes photos préférées. Celle du magicien, c'est celle du bébé tibétain hilare caché dans le manteau de son papa. 

Photos du monde
Photos du monde
Photos du monde
Photos du monde
Photos du monde

De toi à moi regroupe les différents moments importants de la vie quotidienne d'un enfant : repas, jeux, école, moments passés en famille, apprentissages, calins, sommeil...

Photos du monde
Photos du monde
Photos du monde
Photos du monde

Si les photos sont très belles, je trouve que les textes ne sont pas toujours adaptés. J'utilise donc la plupart du temps ces livres comme un imagier photo avec les tout-petits. 

Mais l'intérêt de ces livres, c'est qu'ils intéressent des personnes de tout âge. Je les propose aux tout-petits, et ils ont bien plu au magicien même s'il se focalise sur certaines images et n'a pas envie de les regarder d'un bout à l'autre. Mais je les propose aussi à des enfants beaucoup plus grands, les lecteurs débutants les aiment parce que les photos les intéressent et que les textes sont à leur portée, et ils plaisent généralement beaucoup aux adultes.

 

J'aime le jeu sur l'identique/le différent que ces livres sont pour les enfants (même si j'ai choisi beaucoup de tout-petits ici, on y trouve des enfants d'âges variés) : comme moi, cet enfant est porté par ses parents, prend son bain, mange un fruit, fait un calin à sa maman, et pourtant, ce n'est pas pareil. Parce qu'il y a différentes cultures, mais aussi tout simplement parce que chaque famille est différente. 

Mettre autant l'accent sur les ressemblances que sur les différences permet de limiter le défaut de cette série : présenter une vision un peu trop exotique et traditionnelle des pays du tiers-monde (en Mongolie, il y a plus de gens qui vivent dans les immeubles d'Oulan Bator que dans des yourtes !).

 

Voilà pour mes suggestions !

Est-ce que vous avez d'autres idées de livres avec des photos pour les tout-petits ? (au hasard, Chlop ?)

Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 12:00

Sur son blog, Apostille m'a demandé : "Aurais-tu dans tes notes un livre pour bébé avec des photos, de préférence des photos de personnes ?"

Bien sûr, la référence, c'est Beaucoup de beaux bébés, dont elle parle. 

 

J'aime aussi beaucoup les imagiers d'Anne Sol, publiés aux éditions de la Bagnole (maison d'édition québécoise). 

 

Le premier s'intitule c'est ma journée. 

Les imagiers d'Anne Sol

C'est un livre cartonné dans lequel on suit, comme le titre l'indique, la journée d'une petite fille. Elle raconte, à la première personne, ce qu'elle fait. Le texte est rythmé par des repères temporels simples ("c'est le matin", "à midi", "puis", "après").

Sur la page de gauche, on voit la petite fille en pleine action. Sur la page de droite, un gros plan sur l'objet dont elle parle : chaussures, pantalon, canard du bain, doudou...

Les imagiers d'Anne Sol
Les imagiers d'Anne Sol

(Pourquoi, sur cette page, le magicien est-il fasciné par les brocolis alors qu'il les refuse dans son assiette ?)

 

Les imagiers accompagnant la journée du tout-petits, avec les différentes "étapes", sont très nombreux, mais de tous ceux que je connais, c'est celui que je trouve le plus réussi, grace à sa simplicité et à la beauté et à la qualité des photos.

Si la journée décrite a lieu à la maison, il me semble qu'il peut aussi très bien correspondre au quotidien d'un enfant qui passe la journée à la crèche ou avec une nounou : on est ici centré sur la petite fille, seule représentée sur les photos, et les activités (jeux, repas, sieste) sont celles de tous les tout-petits. La mère et le père interviennent, mais pendant la soirée. 

Et il va sans dire (mais ça va mieux en le disant) qu'un petit garçon retrouvera autant son quotidien qu'une petite fille dans ce livre. 

 

Sur le même format, on trouve également "c'est les vacances", avec la même petite fille (qui est, je pense, la fille de la photographe) et "c'est ma couleur" et "c'est le contraire".

 

En un peu plus grand format, pas cartonné, du même auteur, j'ai craqué au salon de Montreuil sur "c'est à moi"

Les imagiers d'Anne Sol

(l'intérieur est bien plus réussi que la couverture)

 

Il se divise en 8 grandes parties : la famille, le bébé, le corps, la salle de bain, les vêtements, la chambre, la cuisine et le jardin. On y trouve des photos d'objets ou de lieux qui font partie du quotidien du tout-petit, mais aussi des portraits.

Ici, pas de phrase, un nom d'objet ou un verbe d'action quand on voit une personne : se laver, jouer au ballon, rire, s'habiller...

Les imagiers d'Anne Sol
Les imagiers d'Anne Sol
Les imagiers d'Anne Sol

J'adore le fait, dans les deux imagiers, que ce soient des photos d'artiste qui illustrent ces moments de la vie quotidienne. Une façon de montrer que cet univers du tout-petit est précieux.

J'aime aussi leur simplicité et la douceur du regard sur les différentes personnes prises en photo. En feuilletant ces livres, en voyant un petit garçon se laver les mains dans la cuisine ou une pile de journaux dans les toilettes, j'ai l'impression d'entrer chez des amis. Un univers vraiment chaleureux se dégage de ces livres. 

Les imagiers d'Anne Sol

Certaines photos sont reproduites en mosaïque au début et à la fin du livre. J'avais déjà remarqué que le magicien aimait beaucoup ce genre de pages (il y a un peu la même chose dans le livre des bruits). 

Les imagiers d'Anne Sol

Jusque là, il montrait les images pour qu'on nomme les objets. Et récemment, on s'est rendu compte qu'il était capable de retrouver "l'oeuf" ou "les carottes" !

(des yeux attentifs remarqueront que le bébé tête un biberon et que les couches sont jetables... je sais que ça ne correspond pas aux pratiques de certaines lectrices...). 

 

 

Voilà, vous pouvez aussi lire l'avis de Gabriel sur les imagiers ou un entretien avec l'auteur sur la mare aux mots

Demain, d'autres livres de photos pour les tout-petits, mais cette fois on part loin pour découvrir les familles du monde.

Voilà, vous pouvez aussi lire l'avis de Gabriel sur les imagiers ou un entretien avec l'auteur sur la mare aux mots
Challenge bleu : 10 et 11/20

Challenge bleu : 10 et 11/20

Repost 0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 14:47

Aujourd'hui, je fais une petite pause parmi les albums pour tout-petits pour vous parler d'un album d'Anthony Browne, le jeu des formes.

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Cet album autobiographique (au moins en partie) raconte une journée qui transforma à jamais la vie de l'auteur : une visite en famille au musée. 

Une famille ordinaire, avec le grand qui suit en trainant des pieds et en trouvant que ces vieux tableaux sont sans intérêt, le père qui fait des blagues nulles...

Une famille qui vient "à la ville" et qui est d'abord un peu intimidée dans ce lieu "superélégant" :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Mais peu à peu, grace à l'accompagnement de la mère, à ses questions, ses remarques et ses encouragements, les enfants vont davantage se sentir à leur place. Ils vont laisser libre cours à leur imagination, admirer les tableaux, faire des liens avec leur propre vie et comprendre que loin d'un lieu glacé, un musée est un lieu riche et proche d'eux :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Au retour, dans leur train, leur mère leur fait découvrir un jeu, tout simple et génial, le jeu des formes :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Comme toujours, chez Anthony Browne, l'illustration est particulièrement riche. J'aime en particulier le parallèle entre le trajet vers le musée et le trajet retour, qui montre si bien à quel point la journée a été enrichissante : 

Le jeu des formes d'Anthony Browne
Le jeu des formes d'Anthony Browne

Vous avez remarqué les "jeux des formes" sur la ballustrade ?

 

Ce livre montre que l'art peut transformer le monde, raconte la naissance d'une vocation, mais fait aussi l'éloge de la mère qui partage, qui transmet, qui fait découvrir... Je trouve cette relation à la mère très émouvante. 

 

Récemment, j'ai reçu une classe de moyenne section dont la maitresse demandait des livres sur l'art, sur les musées. Je l'avais mis dans la sélection, mais hésitait à le lire à la classe, le trouvant peu adapté à une lecture collective (il y a beaucoup de petits détails à observer) et trouvant les enfants un peu jeunes. Mais l'instit m'a dit "oh, si, ça sera bien". Je l'ai donc lu à la classe, qui m'a paru très attentive et très intéressée par le jeu des formes. 

Alors que les enfants se préparaient à repartir, certains étaient venus s'asseoir sur le tapis et je me suis approchée pour montrer les exemples de jeu des formes que l'on trouve dans le livre. Nous avons finalement feuilleté ensemble presque tout le livre. Et j'ai adoré les remarques de ces enfants. J'en ai donc noté quelques unes. 

Le jeu des formes d'Anthony Browne

La page du lion a été la première demandée par un enfant, qui visiblement avait été destabilisé par le texte.

Un petit garçon : "le lion, il est là en vrai ?" Moi : "à ton avis ?" Lui : "non".

Une petite fille à son camarade, montrant la queue du lion en forme de tête d'oiseau : "regarde, c'est pas vrai".

Le premier : "mais alors pourquoi il imagine un lion ?". Je les oriente vers les tableaux. "ah oui, le lion se sauve".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Un enfant : "pourquoi la dame elle est couchée ?"

Moi : "parce qu'elle est triste et qu'elle demande pardon à son mari"

Lui : "pourquoi ?"

Moi : "parce qu'elle est tombée amoureuse d'un autre homme".

Il n'a rien dit à ce moment là, mais ça l'a fait réfléchir, parce qu'il m'a demandé plusieurs minutes plus tard, juste avant de partir, alors qu'on avait refermé le livre depuis un moment : "mais pourquoi la dame elle est plus amoureuse de son mari ?".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Les enfants avaient bien écouté la lecture, puisqu'ils ont indiqué les différences sans que j'intervienne.

"les dames, c'est pas les mêmes parce qu'elles ont pas les mêmes colliers". "Les bébés, ils ont pas les mêmes pyjamas".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Une petite fille, en montrant la page de droite : "là, ils imaginent".

Un petit garçon, en montrant successivement les deux pages : "c'est dans quel pays ? et là ?"

Un autre enfant : "c'est pas génial". La première petite fille "non, parce que ça peut tuer des personnes âgées et que après elles seront plus là". 

 

 

J'ai trouvé que ces (brefs) échanges montraient bien que comme dans tous les livres d'Anthony Browne, on pouvait voir des niveaux de lecture très différents et qu'ils pouvaient apporter des choses à des enfants d'âge très divers (et pas qu'aux enfants, d'ailleurs !). Et que des enfants même très jeunes sont capables d'une grande finesse dans leur analyse de l'image. 

La maîtresse a prévu de les faire jouer au jeu des formes en classe. 

Challenge bleu : 9/20

Challenge bleu : 9/20

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche