Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 12:00

J'ai donc repris le travail depuis presqu'un mois maintenant. Et j'ai eu envie de vous en parler un peu, parce que même si la plupart des gens ont l'impression de savoir ce qu'une bibliothécaire fait de ses journées, ce n'était pas forcément le cas. J'en ai pris conscience lors du premier remplacement que j'ai fait un été en bibliothèque. On a alors réduit les horaires d'ouverture à 2 jours par semaine pour faire du travail interne, et alors que j'en informais un lecteur, il m'a répondu "5 jours de week end par semaine, ça c'est du boulot de fonctionnaire". 

Alors d'une part, quand la bibliothèque est fermée, les bibliothécaires sont là quand même. Et non, malheureusement, je ne passe pas mes journées à lire en buvant du thé. J'ai des journées bien remplies. Comme le montre mon emploi du temps pendant mes 3 jours de boulot la semaine dernière, assez représentatifs de nos journées. 

 

Jeudi : 

  • 9h30-11h : accueil des crèches

10 minutes pour installer l'espace (un tapis, une sélection de livre). Mes collègues ont été sympa, ils ont commencé cette préparation la veille au soir.
Pour chaque crèche, j'accueille 5 enfants pendant 20 minutes. Je fais des lectures individuelles et pour conclure la séance, on chante une chanson tous ensemble. J'accueille normalement 3 crèches, avec 10 minutes de "pause" pour réinstaller l'espace.
Ensuite on range.

  • 11h-12h puis 13h-14h : travail administratif.

Je remplis le tableau indiquant tous les groupes reçus à la bibliothèque dans le mois pour les services centraux. Je fais le tri dans mes nombreux mails, et je répartis entre mes collègues ceux auxquels il faut répondre.

  • 14h-15h : accueil de classe

c'est mon collègue qui reçoit une classe ce jour là, mais je prend du temps pour discuter avec l'insitutrice afin de lui proposer un nouveau projet, je lis un ou deux livres à des enfants et je m'occupe du prêt des documents. 

  • 15-17h : service public. 

Je suis au bureau des renseignements et des inscriptions. Je fais donc quelques recherches pour les usagers, et des renouvellements d'abonnement. Comme il n'y a pas grand monde à la bibliothèque à cette heure là, j'en profite pour préparer les achats du lendemain : chaque mois, on reçoit une liste de sélection de nouveautés jeunesse, sélection faite par des bibliothécaires du réseau qui ont pu les lire. Il faut ensuite choisir ceux que l'on va acheter. Donc je fais quelques recherches qui pourront nous aider à décider. Est-ce qu'on a déjà des livres de cet auteur ? sur ce sujet ? Est-ce qu'ils sont souvent empruntés ? 

  • 17h-18h : je fais du "pilon" avec un collègue.

Cela consiste à enlever des livres des collections. Comme les murs de la bibliothèque ne sont pas extensibles, on enlève autant de livre qu'on en achète chaque année (il sont ensuite envoyés aux services centraux et, s'ils sont en bon état, donnés à des associations, s'ils sont en mauvais état, détruits). Il faut donc trouver ceux qui sont obsolètes, ceux qui ne sortent pas... 

  • 18h-19h : préparation de la réunion d'équipe jeunesse du lendemain matin.

Je fais en particulier les prévisions budgétaires pour l'année.

 


Vendredi :

  • 9h30-11h : réunion d'équipe.

On fait le point sur les dernières semaines et sur notre nouvelle organisation depuis ma reprise, je présente le budget, on programme les animations du second semestre.

  • 11h-12h : acquisitions.

A partir de la liste proposée et des recherches de chacun, nous choisissons ensemble les livres à acheter ou non.

  • 13h-14h : préparation de l'accueil de classe

C'est un accueil "simple" qui ne demande pas de préparation en amont, mais cela demande parfois plus de temps ou d'anticipation.

  • 14h-15h : accueil d'une classe.

Il s'agit d'une classe de grande section de maternelle qui vient pour une sensibilisation aux illustrations. Je commence par leur présenter la bibliothèque et les encourager à s'inscrire. Puis je passe à l'animation proprement dite : je commence par leur montrer un livre sans texte (l'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari) pour leur montrer que parfois l'illustrations suffit à raconter l'histoire.

l'oeuf et la poule

(source des images : Electre)

Ensuite, je leur présente un livre sans leur lire le texte. A eux, à partir des illustrations, de deviner l'histoire. Ensuite seulement, je leur lis l'album pour comparer les deux versions. J'utilise ce jour là A-a-a-atchoum ! de Philip et Erin Stead, l'histoire adorable d'un gardien de zoo qui s'occupe avec soin des animaux. Le jour où il est malade, ce sont les animaux qui viennent chez lui et qui s'en occupent.

a-a-a-atchoum.jpg

Ils ont ensuite 20 minutes pour se promener librement dnas la bibliothèque et pour choisir le livre qu'ils rapporteront à l'école. Puis je leur lis le super album de Gilles Bachelet, mon chat le plus bête du monde, pour leur montrer qu'il y a parfois un décalage entre le texte et l'image, et que c'est de ça que nait le comique. 

mon chat le plus bête du monde

  • 15h-16h : je m'occupe des nouveautés reçues ce jour là.

Je les enregistre dans le catalogue informatique, j'ajoute les étiquettes nécessaires pour indiquer où le ranger... Et je prends une petite demi-heure pour parcourir certaines de ces nouveautés. 

  • 16h-17 : compte-rendu de la réunion du matin

Comme cela, on garde une trace et cela permet au chef d'établissement, qui n'était pas présent, de valider les déicisions prises. 

  • 17h-19h : service public.

Je suis au bureau des prêts et des retours. Il y a plus de monde qu'hier, mais j'essaye quand même de faire un peu de "veille documentaire" entre deux lecteurs. Dans notre jargon de bibliothécaire, ça veut dire se tenir au courant des dernières publications dans notre domaine, et d'essayer de chercher un peu ce qui vaut le coup d'être acheté. 

 

Samedi : 

  • 9h30-11h : heure du conte.

On aménage l'espace et on installe notre sélection de livres. 

Puis une heure de lecture devant 27 enfants et une bonne dizaine d'adultes. Même si je commence à avoir l'habitude, il y a toujours un peu de stress avant de commencer ! Surtout qu'on vient de mettre en place une heure du conte régulière, chaque mois, ce qui n'était pas le cas jusque là. 

Pas de thème précis ce mois-ci, juste une sélection de livres qui nous ont plu. J'ai choisi : 

les-trois-boucs.jpg 

 


les trois boucs de Jean-Louis Le Craver et Rémi Saillard, l'histoire de trois boucs qui veulent aller dans la montagne, "là où l'herbe est belle et grasse", mais qui doivent pour cela passer sur un pont de bois sous lequel vit un horrible troll. Parce que j'aime beaucoup la façon de raconter de Le Craver et que je cherchais un texte facile pour commencer l'heure du conte (celui-là est accessible dès 3-4 ans). 

 



adieu-chaussette.jpg




Adieu chaussette de Benjamin Chaud. L'histoire d'un petit garçon qui a décidé d'abandonner Chaussette, son doudou, dans la forêt, parce qu'il ne le trouve plus très drôle. Mais qui va rapidement changer d'avis. Seul problème : chaussette a disparu ! Parce que c'est un album plein de tendresse, et que les illustrations sont vraiment chouettes !

 


 



neige.jpg

 



 

Neige de Grégoire Solotareff et Olga Lecaye. L'histoire d'un loup blanc abandonné par sa famille et qui grandit seul jusqu'à rencontrer un loup noir. Parce que c'est de saison et parce que les illustrations sont particulièrement belles. 

 


 


 


  • 11h-13h : rangement et renseignement. 
  • 14h-16h : service public.

Je suis au bureau des prêts et des retours. Le samedi après-midi, on a rarement le temps de faire autre chose !

  • 16h-18h : rangement et renseignement.

Je profite de quelques minutes de répit pendant mes heures de rangement et de renseignement pour préparer le planning du mois de mars (on accueille 4 classes par semaine, il faut les répartir sur l'année en fonction des choix d'activité et des disponibilités des instits et des disponibilités des bibliothécaires). 

 

Bien sûr, ce n'est qu'une vision partielle de ce que l'on fait. Mais dans l'ensemble, c'était une chouette semaine. 

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 22:00

L'arrivée des commandes, pour moi, c'est un peu Noël. 

Je peux déballer des cartons entiers remplis de livres. En feuilleter quelques uns. Me dire "ah tiens, je devrais lire ça... et ça aussi... ah et puis ça ça a l'air pas mal". 

Je suis aussi heureuse que si on me les offrait à moi. Peut être même encore plus, parce que je pense à certains lecteurs à qui ça va faire bien plaisir ! (Par exemple, les Légendaires ou les Nombrils en BD, perso, ça me laisse plutôt indifférente, voire même je trouve ça plutôt moche, mais je sais que dans l'heure qui suivront leur mise en rayon, ils seront empruntés).

Aujourd'hui, on en a reçu 97 ! Autant dire que c'était la fête. Même si ça veut dire qu'on va passer le mois de novembre à enregistrer les livres dans le catalogue et à les équiper (antivol, tampon, code-barre, filmolux transparent pour les couvrir, cote, logos...).

 

Une découverte et un vrai coup de coeur :

princesse-finemouche.gif Princesse Finemouche de Babette Cole 

La princesse Finemouche est bien décidée à ne pas se marier. Elle désirait continuer de vivre dans son château, avec ses petits chéris (monstres, crapauds...) et toute sa liberté. Mais ses parents sont bien décidés à la caser avec un prince. Elle réussit à tous les décourager jusqu'à ce que débarque le prince Flambart triomphe de toutes les épreuves qu'elle impose. Comment s'en débarasser ?

Je connaissais cet auteur mais pas ce titre. Et il est tout simplement hilarant !

Le décalage entre Finemouche est l'image de la princesse de conte de fée est jubilatoire, les illustrations qui illustrent les épreuves imposées par la princesse à ses prétendants sont géniales. Un petit instant de frayeur quand arrive Flambart (non, on va quand même pas avoir une fin niaise avec ce crétin ?) mais Babette Cole refuse jusqu'au bout les clichés du conte de fée, et Finemouche préfère la liberté au mariage coup de foudre avec un prince (en apparance) charmant.

J'adore les illustrations de Babette Cole, en particulier ses monstres, qui ressemblent j-ai-un-probleme-avec-ma-mere.jpgbeaucoup à ceux de j'ai un problème avec ma mère, mon livre préféré de Babette Cole, où un jeune garçon trouve sa mère sorcière un peu encombrante... 

Une belle critique de ce livre ici sur le joli blog Superchouette.

Bref, à découvrir absolument, avec des enfants de 4 à 7 ans. Il faut vite que je trouve une classe à qui raconter un de ces livres (la prochaine que je reçois, c'est sur le thème du cirque, raté !). 

 

Pas mal de nostalgie :

john-chatterton-detective.jpgJohn Chatterton détective d'Yvan Pommaux

Le chat détective John Chatterton enquête sur la disparition d'une petite fille vêtue de rouge. Son enquête va lui rappeler plusieurs contes bien connus...

Les chouettes illustrations d'Yvan Pommaux, son talent pour faire allusion aux grands contes, son aspect première BD... On n'avait pas ce livre à la bibliothèque, à mes yeux c'était une erreur à réparer !

C'était un livre que je lisais à mes petits frères, et que j'ai aussi beaucoup lu aux petits élèves de ma mère, donc un souvenir précieux pour moi. 

A partir de 4 ou 5 ans.

trois-amies.gifTrois amies de Judy Blume.

Stéphanie raconte les changements qui arrivent dans sa vie et celle de ses amies, les surprises et les secrets, et le fait d'avoir presque treize ans et de rentre en sixième.
Elle habite tout près de ses deux plus proches amies : Rachel, qui est sa meilleure amie depuis le CE1, et Alison, qui a quitté la Californie pour venir habiter dans le Connecticut. Stéphanie parle aussi des garçons : Eric Macaulay, Peter Klaff, Max Wilson et un élève de quatrième qui porte un blouson couleur chartreuse que Stéphanie appelle Jeremy Dragon. (4e de couverture)

C'est un des romans qui ont marqué mon adolescence. J'ai d'ailleurs dévoré l'intégrale des romans de Judy Blume. Je suis partagée entre l'envie de m'y replonger pour voir ce que ça vaut de mes yeux d'adultes, mais j'ai peur que ça brise la magie du souvenir...

 

Et un côté "les bibliothécaires se font plaisir" :

Lucky-Luke-contre-Pinkerton.jpg

Lucky Luke contre Pinkerton, d'après Morris

Dessin d'Achdé, scénario de Pennac et de Benacquista

Nous avons décidé de racheter quelques Lucky Luke, et mes collègues et moi avons été intrigués par le dernier paru. Un scénario de Pennac et de Benacquista, on ne pouvait pas passer à côté !

Mon collègue l'a piqué le premier, j'espère le récupérer dans les jours qui viennent !

 

 

 

 

 

 

 

Bien agréable l'arrivée de cette commande juste au moment de mon retour au boulot en tout cas ! 

Vivement la fin du mois, où on pourra aller dépenser plein de sous en librairie ! Un budget de 400 euros dans une librairie pour enfants, j'en ai d'avance les yeux qui brillent !

Repost 0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 21:30

Je sais, c'est de la provoc' de poster ça un dimanche soir.

Mais pour moi, c'est le milieu du week end. Et je suis chez moi. J'adore Paris, mais je suis bien contente d'être revenue pour deux jours à Lyon, voir toute ma petite famille, emmener mes frères au ciné et voir grandir mon mini-frère.

Je travaille du mardi au samedi. C'était évident quand j'ai choisi d'être bibliothécaire. 

Mais des fois c'est chiant.

Dur de voir des copains faire la fête le vendredi soir. D'ailleurs en général, je fais la fête quand même, et j'arrive avec une tête de deterrée le samedi matin.

Dur de faire réaliser aux gens que ce jour là, je suis au boulot. J'ai un copain qui m'a envoyé des textos quasi toutes les semaines pendant 6 mois "qu'est-ce que tu fais aujourd'hui?" "je bosse" "ah oui, j'avais oublié!".

Dur de créer un nouveau rythme, décalé de celui de la majorité.

Dur de ne pas pouvoir partir en week end avec des copains.

Et surtout, dur d'être décalé avec son homme. Exemple : nous allons passer un week end ensemble à Lyon : lui arrive le vendredi et repart le dimanche soir. Moi j'arrive le samedi soir et je repars le lundi soir. Ca ne nous laisse qu'une soirée pour voir du monde, et encore elle commence à 21h30 pour moi.

C'est pour ça que je suis profondément opposée au travail le dimanche : c'est déjà compliqué de n'avoir qu'une journée en commun avec les autres, on se rend compte qu'elle est précieuse pour garder une vie de couple, une vie de famille (au sens large), une vie sociale, en général.

Mais prenons ma situation du bon côté :

Comme je suis quand même sortie le vendredi soir, j'ai l'impression d'avoir des grands week end (même si je suis un peu crevée !).

J'aime le lundi matin quand je fais la grasse mat' toute seule. Et j'ai la chance, mon homme finit tôt le lundi.

J'ai pas mal de RTT donc je peux m'offrir un long week end de temps en temps (par exemple, au mois de juin, j'ai bossé un seul samedi, et ça c'était cool!).

Quand on passe le week end à Lyon, mon homme est bien content de pouvoir faire la fête avec ses copains sans sa femme le vendredi soir, et moi ça me laisse plus de temps pour profiter de ma famille et d'une amie que je ne vois pas assez souvent.

Je fais des économies en billets de train !

Le samedi à la bibliothèque c'est le jour le plus chargé, et des fois c'est un peu la course, mais en général c'est motivant !

Allez, encore une journée de repos demain, et c'est reparti pour une semaine. Et après, c'est les vacances pour 15 jours !

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 21:51

Depuis une dizaine de jours, les collégiens, qui avaient disparus pendant l'été, sont de retour à la bibliiothèque. On retrouve ceux des années précédentes, et de nouveaux groupes arrivent.

Et cela demande une énergie énorme. Parce qu'il faut sans cesse rappeler les règles de la bibliothèque : pas trop de bruit, pas de téléphone, pas de gateaux... Aller leur répéter pour la vingtième fois "est-ce que vous pouvez parler un peu moins fort s'il vous plait?". Ca nous donne l'impression d'être dans la représsion perpetuelle, alors que je n'aime pas ça, et qu'on a (beaucoup) d'autres choses bien plus intéressantes à faire. 

Il faut leur expliquer qu'ils ne sont pas seuls. Et que même quand il n'y a pas d'autres jeunes dans l'espace, nous, on bosse (on n'a pas de bureau fermé). Qu'ils ne peuvent pas se comporter à la bibliothèque comme chez eux/au café. 

Il faut se souvenir très fort de quand on était ado et qu'après avoir bossé 10 minutes on discutait 1h avec des copines pour ne pas avoir envie de les envoyer chier réprimander. Ne pas (trop) desespérer quand on les voit squatter une table pendant 1h pour écrire des textos ou s'écrire des mots sur les agendas (je pensais que cette pratique avait disparu depuis l'invention de facebook, mais non!).

Il faut les pousser à s'incrire pour faire augmenter les statistiques mieux les connaître et leur donner la possibilité d'emprunter.

Ces collégiens utilisent l'espace disponible pour travailler (ou au moins ouvrir des cahiers devant eux pour pouvoir discuter tranquille). Ils lisent peu et empruntent peu de livres. Il faut donc réussir à trouver un équilibre entre eux et ceux qui viennent emprunter et lire des livres, qui ont besoin des mêmes espaces. C'est l'occasion pour moi de défendre le rôle social de la bibliothèque face à un supérieur pas toujours convaincu de cette utilité. De dire que dans le quartier difficile dans lequel je travaille, ces jeunes n'ont souvent pas d'espace pour travailler chez eux dans de bonnes conditions. Que la bibliothèque doit être là pour ça. Et rappeler aux ados qu'on est là pour garantir ça à tous les usagers de la bibliothèque, pas seulement à leur petit groupe.

Parfois, c'est vraiment tendu. Il y a quelques jours, mon collègue a du demander à un adolescent de sortir de la bibliothèque. Celui-ci l'a insulté et menacé de mort en hurlant dans la bibliothèque. Rapport d'incident, exclusion de la bibliothèque...

Et puis il y a des moments cools. On retrouve les ados de l'année dernière, avec lesquelles on avait "lutté" pour leur faire accepter les règles et avec lesquelles tout se passe bien cette année. Qui se sont mêmes mises à emprunter des bouquins, donc on peut parler romans. (et là on peut s'autocongratuler, ça fait du bien !).

Il y a les deux nouveaux qui me prennent pour leur prof particulier de français (au moins, ça me fait réviser ma grammaire!) et qui me demandent de les aider tellement gentiment que je dis oui même si je n'ai pas le temps.
Et aujourd'hui, le jeune insolent de l'autre jour est venu pour s'excuser auprès de mon collègue. On peut donc parfois croire aux miracles !

Et on recommence demain !

On va y arriver !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche