Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:00

Vendredi dernier, j'ai abandonné mon fils et mon mari pour une petite séance ciné avec un copain, parce que j'avais très envie de voir le dernier film de Wes Anderson, dont j'avais adoré la famille Tenenbaum et la vie aquatique.

The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson

De quoi ça parle ? Je ne sais pas si c'est vraiment ça l'important. C'est l'histoire du concierge d'un grand hôtel, qui a pris l'habitude de coucher avec ses clientes pour les faire revenir. Il prend sous son aile un jeune lobby boy. Quand une des clientes, morte assassinée, lui lègue un tableau d'une valeur inestimable, la famille ne s'en réjouit pas ! Le concierge aidé par son "lobby boy" décide de voler le tableau en question. C'est le début d'une course poursuite avec évasion de prison, cavalcade dans un monastère, course en luge, etc.

 

Tout est jubilatoire dans ce film.

La construction en "poupées russes" (une fille lit un livre d'un écrivain qui raconte que quand il était jeune, il est allé dans un hôtel et que le propriétaire de l'hôtel lui a raconté que quand il était jeune...).

Les "passages obligés" de films de genre très différents (scènes de couple de comédie romantique, scènes à l'hôtel de film en costume, scène d'évasion de prison ou de poursuites de film policier, etc) revisités avec une fantaisie réjouissante. 

Les ruptures de ton dans le langage, passant brusquement d'un langage chatié à la grossierté. 

La galerie de personnages. C'est ici un défilé d'acteurs connus à découvrir derrières des costumes qui se rapprochent parfois du déguisement. Ce qui aurait pu être génant dans un autre film rajoute encore du plaisir et de la fantaisie ici. Et on a la joie de retrouver Bill Murray dans un mini rôle (ce qui confirme mon dicton : "un film avec Bill Murray est un bon film"), ainsi que la plupart de ses acteurs fétiches. 

Les décors. C'est le plus réussi dans ce film, à tel point que je regrette presque de l'avoir vu en VF parce que j'ai l'impression d'avoir raté plein de détails à force de lire les sous-titres (les personnages sont très bavards et parlent très vite). Rien que pour ça, je pense que c'est un film à voir plusieurs fois. 

 

Bref, si vous ne l'avez pas vu, courrez-y !

Moi, je me dis qu'il faut que je rattape mon retard en voyant enfin les films de Wes Anderson que j'ai manqués !

Et si vous voulez lire un vrai article de blog construit sur ce film, allez voir ici

Repost 0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 14:47

Aujourd'hui, je fais une petite pause parmi les albums pour tout-petits pour vous parler d'un album d'Anthony Browne, le jeu des formes.

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Cet album autobiographique (au moins en partie) raconte une journée qui transforma à jamais la vie de l'auteur : une visite en famille au musée. 

Une famille ordinaire, avec le grand qui suit en trainant des pieds et en trouvant que ces vieux tableaux sont sans intérêt, le père qui fait des blagues nulles...

Une famille qui vient "à la ville" et qui est d'abord un peu intimidée dans ce lieu "superélégant" :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Mais peu à peu, grace à l'accompagnement de la mère, à ses questions, ses remarques et ses encouragements, les enfants vont davantage se sentir à leur place. Ils vont laisser libre cours à leur imagination, admirer les tableaux, faire des liens avec leur propre vie et comprendre que loin d'un lieu glacé, un musée est un lieu riche et proche d'eux :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Au retour, dans leur train, leur mère leur fait découvrir un jeu, tout simple et génial, le jeu des formes :

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Comme toujours, chez Anthony Browne, l'illustration est particulièrement riche. J'aime en particulier le parallèle entre le trajet vers le musée et le trajet retour, qui montre si bien à quel point la journée a été enrichissante : 

Le jeu des formes d'Anthony Browne
Le jeu des formes d'Anthony Browne

Vous avez remarqué les "jeux des formes" sur la ballustrade ?

 

Ce livre montre que l'art peut transformer le monde, raconte la naissance d'une vocation, mais fait aussi l'éloge de la mère qui partage, qui transmet, qui fait découvrir... Je trouve cette relation à la mère très émouvante. 

 

Récemment, j'ai reçu une classe de moyenne section dont la maitresse demandait des livres sur l'art, sur les musées. Je l'avais mis dans la sélection, mais hésitait à le lire à la classe, le trouvant peu adapté à une lecture collective (il y a beaucoup de petits détails à observer) et trouvant les enfants un peu jeunes. Mais l'instit m'a dit "oh, si, ça sera bien". Je l'ai donc lu à la classe, qui m'a paru très attentive et très intéressée par le jeu des formes. 

Alors que les enfants se préparaient à repartir, certains étaient venus s'asseoir sur le tapis et je me suis approchée pour montrer les exemples de jeu des formes que l'on trouve dans le livre. Nous avons finalement feuilleté ensemble presque tout le livre. Et j'ai adoré les remarques de ces enfants. J'en ai donc noté quelques unes. 

Le jeu des formes d'Anthony Browne

La page du lion a été la première demandée par un enfant, qui visiblement avait été destabilisé par le texte.

Un petit garçon : "le lion, il est là en vrai ?" Moi : "à ton avis ?" Lui : "non".

Une petite fille à son camarade, montrant la queue du lion en forme de tête d'oiseau : "regarde, c'est pas vrai".

Le premier : "mais alors pourquoi il imagine un lion ?". Je les oriente vers les tableaux. "ah oui, le lion se sauve".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Un enfant : "pourquoi la dame elle est couchée ?"

Moi : "parce qu'elle est triste et qu'elle demande pardon à son mari"

Lui : "pourquoi ?"

Moi : "parce qu'elle est tombée amoureuse d'un autre homme".

Il n'a rien dit à ce moment là, mais ça l'a fait réfléchir, parce qu'il m'a demandé plusieurs minutes plus tard, juste avant de partir, alors qu'on avait refermé le livre depuis un moment : "mais pourquoi la dame elle est plus amoureuse de son mari ?".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Les enfants avaient bien écouté la lecture, puisqu'ils ont indiqué les différences sans que j'intervienne.

"les dames, c'est pas les mêmes parce qu'elles ont pas les mêmes colliers". "Les bébés, ils ont pas les mêmes pyjamas".

Le jeu des formes d'Anthony Browne

Une petite fille, en montrant la page de droite : "là, ils imaginent".

Un petit garçon, en montrant successivement les deux pages : "c'est dans quel pays ? et là ?"

Un autre enfant : "c'est pas génial". La première petite fille "non, parce que ça peut tuer des personnes âgées et que après elles seront plus là". 

 

 

J'ai trouvé que ces (brefs) échanges montraient bien que comme dans tous les livres d'Anthony Browne, on pouvait voir des niveaux de lecture très différents et qu'ils pouvaient apporter des choses à des enfants d'âge très divers (et pas qu'aux enfants, d'ailleurs !). Et que des enfants même très jeunes sont capables d'une grande finesse dans leur analyse de l'image. 

La maîtresse a prévu de les faire jouer au jeu des formes en classe. 

Challenge bleu : 9/20

Challenge bleu : 9/20

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 13:53

J'ai présenté les deux superbes bibliographies de l'atelier des merveilles, parlé du programme du salon du livre de Paris (où je ne suis malheureusement pas allée j'ai eu la flemme), réuni plein de liens super intéressants, montré une image de maman qui tricote pendant que papa lit le journal (vive les stéréotypes) et des images de papas qui changent des couches (on progresse). 

Repost 0
Published by Lila - dans Fille d'album
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 21:58

Cette semaine :

J'ai revu une copine de lycée que je n'avais pas vue depuis beaucoup trop longtemps !

J'ai profité au maximum de ma famille lors d'un bref passage à Lyon. J'étais ravie de voir que même si on n'y va pas très souvent, le magicien commence à y avoir ses marques, reconnaît l'immeuble de sa grand-mère, se précipite vers mon mini-frère quand il l'apperçoit dans sa classe...

Mon gentil collègue m'a préparé un mélange d'huiles essentielles anti-migraine rien que pour moi. Je n'ai pas encore eu l'occasion de le tester (et je n'ai pas hâte...) mais ça m'a fait très plaisir.

Je suis allée au cinéma voir The Grand Budapest Hôtel et j'ai adoré.

Samedi matin, un père arrive avec ses deux enfants à notre animation parents/tout-petits pas très enthousiaste : "c'est leur mère qui les a inscrits mais elle travaille, alors je suis venu, mais de toute façon ma fille est trop petite". Résultat, j'ai chanté l'intégrale ou presque des comptines éditées chez Didier Jeunesse au grand, mon collègue a montré plein de livres à la petite et le papa est reparti enthousiaste en empruntant des livres pour les deux ! Yes !

Avec le magicien, on est allés au marché et parc avec une copine et sa fille dimanche matin, on a profité du soleil ! Il ne manquait que A. et Y.

Le magicien a fait sa première matinée d'école, dans la classe de sa grand mère : gym, jeux, goûter d'anniversaire, chansons, récrée... Il a participé à tout, sans aucune appréhension, avec un grand sourire !

Repost 0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 22:44

Le nouvel album de Chris Haughton, on ne pouvait pas passer à côté !

J'avais déjà fait un article sur ses deux albums précédents : Un peu perdu et Oh non, Georges !. Moi je les utilise souvent au travail, le magicien s'est pris de passion pour Un peu perdu et surtout, surtout, ce sont les albums préférés de Paul. Quand il a vu celui-là à la librairie, il s'est écrié "on le prend !" et ce, malgré notre règle "on n'achète qu'un livre à chaque visite à la librairie" (on passait chercher pas le temps qu'on avait commandé).

 

Et on n'a pas été déçu, ce troisième livre est largement à la hauteur des précédents.

Chut ! On a un plan de Chris Haughton

Quatre petits bonhommes armés de filets se promènent dans une forêt, jusqu'à ce qu'ils voient un oiseau. 

Chut ! On a un plan de Chris Haughton

Le petit dernier lui dit "bonjour" joyeusement, mais se fait rabrouer par les trois autres : chut, chut, on a un plan !

Chut ! On a un plan de Chris Haughton
Chut ! On a un plan de Chris Haughton

Chaque tentative pour l'attraper se solde par un échec... douloureux. N'y aurait-il pas une meilleure solution pour approcher l'oiseau ? 

Bien sûr, le petit y parvient. 

Chut ! On a un plan de Chris Haughton

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Les plus grands vont-ils tenter d'attraper l'oiseau ? Vont-ils y parvenir ? Cela va-t-il leur servir de leçon ? Chris Haughton nous entraine plus loin que la chute attendue. 

 

Lire cet album à haute voix est un vrai régal, grace au jeu sur le niveau de la voix : chuchoter pour que l'oiseau n'entende pas, chut, chut, puis brusquement le cri d'attaque... Cette alternance renforce le comique de répétition. 

On retrouve les illustrations très expressives de Haughton. J'aime l'humour de son trait. Personnellement, la couverture suffit à me donner le sourire. 

Le jeu sur les couleurs est particulièrement réussi, avec un décor de forêt nocturne en camaieu de bleus sur lequel se détache nettement le plumage de l'oiseau (orange, rose, violet), et quelques pages sur fond blanc pour se concentrer sur l'essentiel. 

 

Ce livre, je l'aurais a priori plutôt conseillé à partir de 2 ans 1/2, 3 ans, je le trouvais un peu long pour le magicien, même si je savais qu'il aimait beaucoup les deux précédents. Mais il a tout de suite accroché. Pendant les premières lectures, il n'écoutait pas vraiment l'histoire, mais il pointait l'oiseau sur chaque page. Il l'a demandé, redemandé et reredemandé, et l'autre jour, il me l'a tendu en me disant "chuuuut baboum !". Je me suis dit qu'il avait juste tout compris !

Challenge bleu : 8/20

Challenge bleu : 8/20

Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 14:19

Une semaine bien remplie, une semaine de vacances très sympa mais finalement encore plus fatigante qu'une semaine ordinaire.

Une semaine où :

on a profité du soleil à la campagne, quelques minutes allongés sur un transat

on a vu mes grands parents, mangé avec eux en terrasse

on a laissé le magicien à ses grands parents pour aller faire quelques heures de randonnée (certains diraient ballade, mais pour moi, c'était assez proche de l'exploit !)

on a été emporté dans la folie des préparatifs d'un mariage, où je me suis rendue compte que j'étais capable d'être efficace, d'organiser... Les mariés étaient contents et reconnaissants, c'était donc agréable de s'être investie !

les mariés très émus se sont dit oui, dans la mairie où on s'est nous-même mariés il y a trois ans. Pleins de beaux souvenirs qui reviennent ! On a beaucoup ri lors de la soirée déguisée (thème chapeau/moustache).

on a profité de mes deux belles-soeurs, de leurs amoureux et du neveu de Paul !

 

Le magicien a été tout simplement adorable pendant une semaine. Difficile de choisir un moment en particulier. Il y a eu le moment au resto où le serveur demande "alors, ça vous plait ?" et que le magicien répond "miam miam !". La mairie avec le magicien qui répétait "bwravo" en applaudissant. La lecture de Va t'en, grand monstre vert ! avec le magicien et son cousin sur les genoux. La course du magicien et de ses "grands" cousins les uns derrière les autres dans la salle du mariage. Il a été cool toute la semaine !

 

(cet article manque un peu d'images, Paul déguisé en Jack Sparrow, ça valait le coup, mais je ne suis pas encore rentrée à Paris, donc ça attendra !)

Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 17:37
Repost 0
Published by Lila - dans Fille d'album
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:48

Cette semaine :

- j'ai reçu un très gentil mail d'une lectrice du blog qui m'a donné envie de vous parler encore de plein d'albums pour enfants.

- Un ami est venu nous tenir compagnie mercredi après-midi, et nous avons eu le temps de boire un thé en discutant tranquillement pendant la sieste du magicien.

- j'ai trouvé ma tenue pour le mariage de ma belle-soeur lors d'une soirée shopping au printemps avec un ami. Nous sommes tombés par hasard sur une soirée spéciale, avec champagne à volonté, cadeaux, etc. Passés les quelques minutes "mon dieu qu'est-ce que je fiche au milieu de toutes ces nanas qui ont l'air de blogueuses mode ?", on en a bien profité. Et j'ai eu un magnifique tee shirt en cadeau ! Et puis s'accorder une soirée shopping/resto sans bébé, qu'est-ce que ça fait du bien !

- au boulot, une commande de livres traitée avec une efficacité record, quelques pages de Titeuf lues à plusieurs voix avec les enfants de la MJC, un nouveau partenariat motivant et une impression de semaine tranquille... (alors qu'on s'est rendus compte, en en parlant avec mon collègue, que cette semaine on avait reçu ou on était intervenus dans 4 classes, 4 crèches, une association de quartier et une MJC, avec de 5 à 30 enfants à chaque fois !).

- samedi, quand je suis sortie du boulot, j'ai rejoins Paul et le magicien au parc et on a profité du coucher de soleil sur la tour Eiffel.

- une fin d'après-midi au soleil aux Buttes Chaumont avec Paul, le magicien et un copain et un milliard d'autres personnes.

Et le magicien ? Maintenant, il sait faire de "vrais" bisous, avec les lèvres qui claquent sur la joue (ou comment faire fondre ses parents...).

La semaine qui vient s'annonce pleine de petits et de grands bonheurs puisque je suis en vacances et que nous partons demain pour quelques jours tous les 3, dans la famille de Paul ! Au programme, un mariage, et j'espère du repos, du soleil, des jeux...

Repost 0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 12:58
La bibliothèque du magicien

Là voilà en images ! J'ai fait le tour de l'appart (d'habitude ses livres sont éparpillés un peu partout), il manque les livres trop fragiles qui sont en hauteur (Axinamu de Pittau et Gervais et Va t'en grand monstre vert d'Ed Emberley, Tous les petits de Jeanne Ashbé et Alors ? de Kitty Crowther qui trainaient ailleurs et le Maximagier de Solotareff et Le Saux que nous avons acheté depuis. 

Oui je sais, près de 50 livres à un an 1/2, c'est un peu excessif. Surtout que c'est sans compter ceux qu'on emprunte à la bibliothèque. Mais choisir, acheter des livres, c'est notre petit plaisir à tous les trois. 

 

J'en profite pour lister les incontournables du magicien, ceux qu'il demande le plus (ou qu'il a le plus demandé), ceux qui me paraissent marquants. 

 

Ses classiques, lus depuis la naissance, et toujours aussi souvent :

La boite des papas d'Alain Le Saux (on a la quatrième boite à la maison, mais on lui en a pris d'autres régulièrement à la bibliothèque) (Chlop en parle )

Tout va bien Merlin d'Emmanuelle Houdart (Chlop en parle )

Le livre des bruits de Soledad Bravi (j'en parle ici)

 

 

Avant 9 mois :

TIgre, ce petit tigre de Malika Doray (j'en parle ici)

Blanc sur noir et Qui sont-ils ? de Tana Hoban

Les mains de papa d'Emile Jadoul (j'en parle ici)

Une maman d'Alessandro Sanna (j'en parle ici)

Chuut ! de Minfong Ho et Holly Meade (j'en parle ici et Chlop )

 

 

Autour de un an :

Deux petites mains et deux petits pieds (Chlop en parle )

Quel radis dis donc de Praline Gay-Para et Andrée Prigent (j'en parle ici et Chlop ).

Alors ? de Kitty Crowther (j'en parle ici)

Petite boite jaune de David A. Carter (j'en parle ici)

Mon arbre d'Ilya Green (j'en parle ici et Chlop en parle )

 

 

15 mois :

Quel radis dis donc de Praline Gay-Para et Andrée Prigent (j'en parle ici et Chlop ).

Ma voiture de Byron Barton (je lui avais déjà lu avant mais c'est vers cette époque que c'est devenu un de ses livres cultes) (j'en parle ici et Chlop ).

La petite poule rousse de Byron Barton

Une souris verte de Charlotte Mollay

4 petits livres des saisons de Malika Doray (et surtout celui intitulé automne car il y a une page pop-up). (Gabriel en parle ici).

Va t'en gros monstre vert d'Ed Emberley (j'en parle ici)

Pas de loup de Jeanne Ashbé (j'en parle ici)

Alors ? de Kitty Crowther (j'en parle ici)

Chez moi de Xavier Deneux (Gabriel en parle ici)

Les animaux de la ferme de François Delebecque

 

Un an 1/2 :

Quel radis dis donc de Praline Gay-Para et Andrée Prigent (j'en parle ici et Chlop ).

La petite poule rousse de Byron Barton

Pas de loup de Jeanne Ashbé (j'en parle ici)

Un peu perdu de Chris Haughton (j'en parle ici)

Pas le temps d'Anne Crausaz (j'en parle ici)

L'oeuf et la poule de Iela Mari (j'en parle ici)

Parti de Jeanne Ashbé

Ne bouge pas ! de Nakawaki Hatsue et Komako Sakai (j'en parle ici et Chlop en parle )

Aboie Georges de Jules Feiffer

Hop ! de Jean Maubille

Grrr ! de Jean Maubille

Tous les petits de Jeanne Ashbé

 

Les âges indiqués concernent le magicien, ce ne sont pas des vérités générales. J'ai vu des enfants du même âge que le magicien adorer des livres qui le laissent indifférent, et inversement. J'ai eu des surprises avec le magicien, par rapport à la "moyenne d'âge" que j'avais dans la tête suite à mon expérience à la bibliothèque. 

Et puis si certains changements correspondent vraiment à un changement d'intérêt (Chuuut qu'il adorait quand il était bébé ne l'intéresse plus du tout, on a "chez moi" de Xavier Deneux depuis qu'il a 7-8 mois et il l'a beaucoup sorti seulement cet automne), pour d'autres, c'est plus accidentel. Cela dépend de la date de mes achats déjà, et de mes propres découvertes (je pense que Pas de loup lui aurait plu beaucoup plus tôt, mais je ne le connaissais pas), des livres rendus à la bibliothèque et pas réempruntés pour lui montrer d'autres choses (Tigre, ce petit tigre ou les mains de papa) voir d'accidents (Petite boite jaune est gravement blessé depuis qu'elle a passé quelques minutes en tête à tête avec le magicien...).

Mais ça peut peut être quand même servir d'inspiration, donner des idées !

 

Et pour finir, voilà une autre pile, celles des livres achetés au magicien "pour plus tard" (j'essaye d'éviter, mais parfois la tentation d'une dédicace est trop forte) ou des livres achetés rien que pour moi (maintenant, j'assume), mais que je prêterai sans doute au magicien, un jour :

La bibliothèque du magicien

Dans les semaines qui viennent, j'essaye de vous parler de la façon dont se passent les lectures, chez nous. 

Repost 0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 13:49

Quand je lui lisais pas le temps, le magicien passait beaucoup de temps sur la dernière page, avec les deux poules, en les montrant, en faisant de grands discours. Du coup, lors de la visite suivante à la librairie, on a continué sur les poules et je lui ai acheté L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari.

L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari

Pas de texte dans cet album.

Un coq, une poule. Et puis un oeuf. 

L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari

Tout au long de l'album, on suit la croissance du poussin. D'abord dans son oeuf, et le livre alterne entre des pages sur fond noir qui montrent l'intérieur de l'oeuf, et des pages sur fond blanc qui montrent ce qui se passe à l'extérieur. 

L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari
L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari

Et puis le poussin sort de l'oeuf. 

L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari

 

Tout au long du livre, nous sommes à hauteur de poussin (ou d'oeuf) et on ne voit de la poule que ses pattes ou ses plumes, sauf quand elle se penche vers le poussin où l'on voit sa tête, mais jamais son corps en entier. 

 

Le poussin picore, dort contre sa maman, grandit. Devient presque adulte, et on peut imaginer la lecture de cet album comme une boucle : devenue une poule, elle va pondre un oeuf, le poussin va devenir une poule, qui va pondre un oeuf, etc, etc.

 

On croise autour du poussin qui grandit des coccinelles ou... des fourmis, ce qui fait un nouveau lien avec pas le temps.

L'oeuf et la poule de Iela et Enzo Mari

 

Ce livre a été publié pour la première fois à la fin des années 1960 et n'a pas pris une ride depuis. Iela Mari a fait d'autres superbes albums, toujours sans texte, présentés ici. Ils font partie des livres que j'ai l'impression d'avoir toujours connus, on les avait sans doute à la maison ou chez ma grand-mère quand on était petits. 

Cet album est à la fois presqu'un documentaire sur les poules et une histoire très riche de naissance, de rencontre, de croissance...

Je trouve qu'on a envie de passer la main dans les plumes, j'adore la tête ébahie de la poule quand le poussin sort de l'oeuf...

 

Le magicien aime beaucoup ce livre. Il pointe l'oeuf, est fasciné par les pages où on voit le poussin qui grandit à l'intérieur.

On me pose souvent la question (au boulot, sur le blog...) "comment tu lis un album sans texte ?" et je ne sais pas toujours comment répondre, je suis encore souvent démunie face à ces albums. Pour celui là, ça dépend. J'ai vu en formation une bibliothécaire le lire en faisant les bruit des animaux : le coq, la poule, le silence sur les pages noires et puis la voix du poussin à partir de sa naissance. J'avais beaucoup aimé, mais il faut bien l'avouer, je suis nulle en bruits d'animaux. Parfois je me lance, d'autres fois, je ne dis rien et je laisse parler le magicien qui a toujours plein de choses à dire, d'autres fois encore, je nomme ce que le magicien montre du doigt. J'essaye cependant de ne pas décrire ce qui se passe : les dessins sont parfaitement clairs et les décrire serait à mon avis redondant. 

Challenge bleu : 7/20

Challenge bleu : 7/20

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche