Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 13:53

- une nouvelle collègue qui va bientôt arriver à la bibliothèque. Après de multiples péripéties et de nombreuses déceptions, je ne l'espérais même plus !

- 2 jours de boulot seulement dans la semaine, c'est pas mal, surtout en sachant que je ne travaille qu'une journée la semaine qui vient !

- un nouvel ordinateur tout beau, ça fait du bien parfois de s'offrir un (gros) cadeau d'anniversaire !

- du soleil pour boire un coup en terrasse, en sortant du boulot. Profiter de quelques jours tranquille sans le magicien.

- une discussion avec quelqu'un à qui je tiens énormément, quelques larmes, de grandes déclarations, et l'impression qu'on va pouvoir avancer, finalement.

- les retrouvailles avec le magicien et son père, qui étaient partis 4 jours, dimanche soir. Découvrir que le magicien a appris à dire "piscine", "pâté", "piscine", "volets" et "babouches".

Et le magicien ?

J'en parle souvent ces derniers temps, mais je crois que l'apprentissage du langage est ce qui me fascine le plus depuis la naissance du magicien. Les nouveaux mots qui apparaissent chaque jour, le voir découvrir les possibilités que parler lui offre... Il commence à réclamer des choses qu'il ne voit pas (le bébé pour dormir, son doudou quand il est fatigué...). Mardi, on est allés dans une librairie/magasin de jouet qu'on adore et dans lequel il y a un train qu'il a eu beaucoup de mal à lâcher. Quand il a fallu partir, tout annonçait une crise : je le prends dans les bras, il commence à pleurer, se jeter en arrière... puis s'interrompt et me dit "tétine, tétine". Le fait qu'il soit capable, à un moment difficile pour lui, d'identifier ce dont il a besoin, de l'exprimer et donc que je puisse répondre à sa demande... J'ai trouvé ça génial ! (bon, ça ne marche pas encore à chaque fois, hein...).

Repost 0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 18:53

Chaque premier samedi du mois, le challenge "je lis aussi des albums" propose un thème commun. J'ai ainsi publié un livre sur l'amour le premier samedi de février, un livre sur le printemps le premier samedi de mars. J'ai malheureusement raté les rendez-vous d'avril et de mai, mais me revoilà aujourd'hui ! Le thème du jour, ce sont les albums anglais,(albums d'auteurs, illustrateurs anglais, albums sur l'Angleterre, se déroulant en Angleterre, albums pour apprendre l'anglais...).

 

Je pensais avoir trouvé l'album idéal, un album qui est dans la pile des livres dont j'avais envie de parler depuis longtemps (j'avais un brouillon d'article qui datait d'octobre), et dont j'étais certaine qu'il était écrit et illustré par deux anglaises. Mais je découvre en préparant l'article que si Helen Oxenbury est bien anglaise, l'auteure, Mem Fox, est australienne...Tant pis, trop tard pour changer de livre ! 

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

Cet album est une comptine,. Le texte se déroule toujours de la même manière : "un bébé est né ..., un autre bébé est né..., et ces deux bébés, tout le monde le sait, ont deux petites mains, et deux petits pieds". 

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

Mais parmi tous ces enfants, un est à part, même s'il a, lui aussi, deux petites mains et deux petits pieds. "c'est le mien !"

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

C'est donc une mère qui parle ici. Avec son refrain le texte plait généralement beaucoup aux tout-petits. Ils y découvrent des repères tout en s'enrichissant grace aux variantes. 

Les illustrations d'Helen Oxenbury sont comme toujours magnifiques, pleines de tendresse. Elles sont simples et lisibles, le plus souvent sur fond blanc ou avec un décor simple. 

Chaque répétition de la comptine présente deux nouveaux bébés, qui rejoignent ceux présentés précédemments. Au fur et à mesure du livre, les enfants grandissent : du nouveau né du début, ils marchent à quatre pattes, puis se mettent debout... Ils jouent ensemble, se tiennent par la main, se font des calins... 

On y découvre des enfants de toutes origines et de tous horizons. Dans une littérature jeunesse ou une écrasante majorité des personnages sont blancs, cela fait du bien. 

 

Un autre extrait, en anglais cette fois, pour rentrer un peu plus dans le cadre du challenge : l'occasion de voir que les 10 doigts et 10 orteils sont devenus les 2 mains et les 2 pieds en français ! Les images viennent d'ici

2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury
2 petites mains et 2 petits pieds de Mem Fox et Helen Oxenbury

J'ai proposé ce livre au magicien pour la première fois quand il avait 9 ou 10 mois. J'ai d'ailleurs découvert ce livre a ce moment là, par hasard, j'avais déjà repéré sa couverture à la bibliothèque mais je n'avais jamais pris le temps de le regarder vraiment. Je l'ai réemprunté à plusieurs reprises. Il faisait partie de ses livres fétiches vers un an. On est ensuite passés à d'autres lectures. Mais je pense que ce livre l'a vraiment marqué. "mains" et "pieds" ont fait partie de ses premiers mots. Et il y a un mois, avec un collègue, nous avons organisé une séance "petite enfance" à la bibliothèque où nous avons utilisé ce livre. Le magicien était présent, et même s'il ne l'avait pas vu depuis plusieurs mois, je suis certaine qu'il l'a reconnu : il s'est précipité dessus et n'a pas voulu le lâcher ! Ce livre a donc provisoirement fait son retour chez nous... 

 

Chlop parle également de cet album ici.

Helen Oxenbury est une super illustratrice qui a fait de nombreux albums pour enfants. Parmi eux, j'aime particulièrement la chasse à l'ours écrit par Michael Rosen (que je présente brièvement ici et dont Chlop parle ). Je ne l'ai pas encore lu au magicien... il faudra que je le fasse, tiens ! Pour écouter un peu d'anglais, le voilà raconté par son auteur, Michael Rosen, jubilatoire ! Et le roi Jules et les dragons écrit par Peter Bently. 

 

Challenge bleu : 17/20

Challenge bleu : 17/20

Repost 0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:00

Un court article sur ce livre, parce que j'avais déjà parlé assez longuement de Axinamu des mêmes auteurs. Si Axinamu est consacré aux animaux terrestres, Oxiseau est un imagier sur les oiseaux, avec là encore des rabats à soulever, des silhouettes à reconnaitre...

Mais je voulais quand même y consacrer un article, déjà pour vous montrer à quel point il est beau, encore plus magnifique je trouve, que celui consacré aux animaux :

Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)
Oxiseau de Pittau et Gervais (et un peu Axinamu aussi)

 

Mais aussi parce que je voulais vous dire à quel point il plaisent au magicien. Le magicien qui ne dit toujours pas "bonjour" mais qui dit "bison" et "manchot". 

 

Nous avons montré Axinamu au magicien pour la première fois en février 2013. Oxiseau vient de rejoindre sa bibliothèque. Ces livres ont un statut un peu particulier pour lui : alors que la quasi totalité de ses livres est en accès libre dans sa chambre, ceux-là sont rangés dans le salon avec MES livres pour enfants. Il sait qu'il doit installer ces livres soigneusement au sol pour pouvoir les regarder, car il sont trop grands pour qu'il le manipule autrement.

Il les regarde d'un air gourmant en disant "gros gros". Il en prend soin, les manipule calmement, et a bien compris qu'il fallait refermer les rabats avant de tourner les pages. Ils sont en très bon état si on excepte un accident quand il avait 9 ou 10 mois. 

Il reconnait certains animaux, les nomme, imite leur bruit...

 

J'aime bien proposer de temps en temps des très grands formats au magicien, qui permettent de mettre particulièrement en avant l'objet livre. J'aime particulièrement ceux-là, car avec leurs rabats, ils rendent nécessaire un vrai investissement physique. Ces livres se regardent, mais ils se "vivent" aussi, comme le montre bien, je trouvent, les deux séries de photos suivantes : 

Axinamu, février 2013Axinamu, février 2013Axinamu, février 2013

Axinamu, février 2013

Axinamu, mai 2014Axinamu, mai 2014Axinamu, mai 2014

Axinamu, mai 2014

L'anonymat du magicien sur internet étant important à mes yeux, on ne voit pas le grand sourire qu'il a en manipulant ces livres, il va falloir me croire sur parole !

Challenge bleu : 16/20

Challenge bleu : 16/20

Repost 0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 14:16

Cette semaine, sur Fille d'album, je me suis énervée devant un documentaire qui affirme que "les filles et les garçons ont des jeux différents" et j'étais contente de voir qu'un documentaire introduisait un peu de variété dans les représentations des métiers

J'ai proposé plein de liens intéressants.

J'ai présenté un passionnant documentaire pour ados et pour adultes, la fabrique des filles de Laure Mistral

 

 

Et puis vous savez sans doute que je participe depuis un moment aux vendredis intellos. Si je n'ai pas publié sur le blog récemment (j'ai du mal à trouver du temps pour tout faire...), je me suis lancée pour proposer une première rencontre d'un groupe de parents 2.0 parisien

 

Voilà les détails, si vous êtes intéressés (il n'y a pas besoin de faire partie de l'association pour y assister) :

En quoi ça consiste ?
Se réunir entre parents pour discuter et concrétiser les échanges et rencontres amorcés sur internet, et en particulier sur le blog des vendredis intellos. L'idée c'est de proposer des rencontres régulières, autour de différents thèmes.
Pour cette première rencontre, je propose "Devenir parents, qu'est-ce que ça a changé ?"
Sur le blog des vendredis intellos, les articles doivent s'appuyer sur des livres, des articles... De même, pour les rencontres, si le thème vous fait penser à un passage d'un livre, à un article, ce serait super de l'apporter pour le faire découvrir aux autres et en discuter.  
 
 
Quand ?
Je propose une première rencontre le dimanche 29 juin de 15h à 17h. 
 
 
Où ?
Au restaurant "les 400 coups", qui propose des goûters faits maison avec des jus de fruits frais, des pâtisseries faites avec des produits locaux... C'est un restaurant "kid friendly" donc on y trouvera un espace pour que les enfants jouent, des chaises hautes, transats...
C'est dans le 19e arrondissement, 12 bis rue de la Villette. On y arrive par la ligne 11, arrêt Jourdain, la ligne 7 bis arrêt Botzaris ou par le bus 26, arrêt Pyrénées / Belleville. 
Et c'est à deux pas du parc des Buttes Chaumont.
 
Comment ? 
Il faut que je prévienne le restaurant du nombre de personnes participant suffisamment à l'avance. Merci donc de m'indiquer si possible avant le 15 juin si tu viens et si tu es accompagné d'enfants !
 
Pour plus de renseignements ou pour venir, parents2.0paris (at) gmail (point) com
Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 15:17

Cette semaine, c'était :

- une rencontre avec Gabriel de la mare aux mots

- une après-midi à écouter parler de livres pour enfants,  en présence d'Ilya Green et de Stéphane Servant !

- un jour supplémentaire à trois.

- une soirée pour le départ d'une amie. Comme l'a dit le magicien, c'était la fête !

- un café avec un ami qu'on n'avait pas vu depuis notre mariage, il y a bientôt 3 ans !

- le lancement du groupe de parents des vendredis intellos de Paris. Si des lecteurs ou des lectrices de ce blog veulent venir parler de "devenir parents, qu'est-ce que ça a changé ?" le dimanche 29 juin de 15h à 17h aux 400 coups, c'est avec un très grand plaisir ! (il n'y a pas besoin d'être adhérent de l'association). 

 

Et le magicien ?

Mon petit bonheur, c'était de le voir lire le livre des bruits, en imitant les bruits, mais aussi en nommant la mouette, les cloches ou le pigeon.

Mais j'ai aussi noté ses petits bonheurs (ou en tout cas les moments où il avait l'air particulièrement content cette semaine) :

- jouer à transvaser du riz avec une copine. Et surtout, après, passer l'aspirateur.

Petits bonheurs de la semaine (2 juin 2014)
Petits bonheurs de la semaine (2 juin 2014)

 

- faire de la peinture et se peindre consciencieusement le visage

- prendre le métro avec ses deux parents

- écouter un monsieur jouer de l'accordéon dans les couloirs du métro

- fouiller dans les vis et les écrous dans les rayons du BHV

- avoir le droit d'emmener son crocodile à tirer au parc avec papa, alors qu'avec maman c'est interdit. Décréter que c'est une grenouille qui fait "croa croa".

- regarder l'eau qui coule dans le caniveau puisque le service de nettoyage a eu la bonne idée d'ouvrir l'arrivée d'eau juste devant notre immeulbe. Et constater qu'à cause de travaux, le bus a changé d'itinéraire et passe juste devant notre porte.

- assister à un spectacle de France Quatromme (et j'avoue que j'étais jalouse !)

 

Moi, aujourd'hui, j'ai 28 ans. Un petit bonheur ?

Repost 0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:16

Celles et ceux qui me connaissent savent à quel point j'adore Ilya Green. J'ai d'ailleurs déjà parlé de deux de ses livres, mon arbre et marre du rose, qui sont tous les deux des coups de coeur. Alors forcément, quand j'ai vu passer les premiers Bulle et Bob, série qu'elle a illustré, je les ai feuilleté, et ça m'a fait envie. Mais quand en plus, j'ai lu le coup de coeur de Maman Baobab pour le dernier, Bulle et Bob au jardin, je me suis dit avant même des les écouter que j'allais adorer. Alors forcément, lors de notre visite suivante à la librairie , je l'ai montré au magicien en chantonnant la mélodie que j'avais retenue en voyant la bande annonce (oui, les mélodies restent très facilement dans la tête). Et il n'a plus voulu le lâcher. Il a été rejoint rapidement par Bulle et Bob dans la cuisine.

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green
Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Je pourrais expliquer que les illustrations d'Ilya Green sont superbes, mais je préfère vous mettre quelques images qui parleront d'elles-mêmes. On y trouve de nombreux petits détails, et le magicien adore chercher et montrer les coccinelles et les différents légumes du jardin, les fraises dans la cuisine... Il montre aussi le chat, présent sur quasiment toutes les pages de Bulle et Bob dans la cuisine. 

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green
Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Plutôt que des histoires à proprement parler, ces albums nous livrent deux tranches de vie. Un frère et une soeur plantent des tomates cerises dans le premier, font un gateau dans le second. On y retrouve de nombreux plaisirs enfantins : mettre les mains dans la terre, arroser, manger des petits bouts de pate crue, mettre du bazar partout...

Bulle et Bob de Nathalie Tual et Ilya Green

Chaque histoire dure un bon quart d'heure. Les textes sont simples. C'est Nathalie Tual qui lit tout le texte même s'il y a de nombreux dialogues, donc on retrouve l'ambiance intimiste d'une adulte qui lit une histoire, et pas l'effet "théâtre" que l'on a parfois quand chaque personnage est lu par un lecteur différent. Les chansons sont entrainantes, Nathalie Tual a une très belle voix et les mélodies comme les paroles se retiennent facilement (oui, je connais déjà les deux albums par coeur).  Elle est parfois accompagnée par ses deux enfants, et par Anne Sylvestre dans Bulle et Bob dans la cuisine. 

La relation entre le frère et la soeur et bien rendue. Les adultes sont absents, ou presque (une grand-mère intervient pour allumer un four). Et on retrouve à la fois la complicité et les petites rivalités d'une fratrie. Qui est-ce qui va s'approprier le grand rouleau à patisserie ? Bob, l'aîné, bien sûr. Mais c'est aussi lui qui va trouver des solutions pour que sa soeur réussisse ses gateaux et l'aider à ouvrir le robinet du jardin. 

 

Et le magicien ? 

Le magicien a voulu mettre son chapeau, comme Bulle dans le livre.

Le magicien a voulu mettre son chapeau, comme Bulle dans le livre.

Il voue à ces livres une passion qui me surprend chaque jour. Jusque là, il n'avait prêté aucune attention aux histoires à écouter en CD (j'avais testé "Pépito super héros" qui le laisse de marbre), mais là, il les réclame à longeur de journée ("Bob Bob !"). Il est capable de les écouter 2 ou 3 fois de suite sagement assis devant le lecteur CD, en regardant le livre. Il les connait par coeur, montre les détails, et s'il ne tourne pas les pages "au bon moment", il est tout à fait capable de retrouver la page qui correspond à la chanson qu'il est en train d'écouter. 

Même si on les écoute souvent ensemble, il reste aussi de longs moments à l'écouter seul, et j'avoue que ce n'est pas complètement etranger au fait que j'apprécie autant ces livres-CD. Bulle et Bob dans la cuisine = une douche tranquille !

 

Si la perspective de 20 minutes tranquilles ce que je dis de ces deux livres n'a pas suffi à vous convaincre, voilà la bande annonce de Bulle et Bob au jardin et vous pouvez retrouver d'autres extraits sur le site de Didier Jeunesse. Moi, je n'ai qu'un seul problème : on doit bientôt rendre "Bulle et Bob dans la cuisine" à la bibliothèque !

Challenge bleu : 14 et 15/20

Challenge bleu : 14 et 15/20

Repost 0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 14:01
Repost 0
Published by Lila - dans Fille d'album
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 12:00

Il est dimanche soir, je suis devant la soirée électorale, et autant vous dire que ça me met un coup au moral et que j'ai donc bien besoin de me concentrer sur des petits bonheurs !

Donc cette semaine :

Je suis allée faire un tour avec le magicien Passage du grand cerf. Certaines lectrices du blog savent bien que ce passage abrite le super magasin de laine Lil Waesel et aussi une chouette boutique de thé (et oui, je suis ressortie avec plusieurs sacs... D'ailleurs, la tricoteuse masquée, j'attends toujours le patron que tu m'as promis)

Avec une copine, après un tour à la librairie, on s'est offert un bon petit resto avec le magicien et sa fille. Les deux petits en ont bien profité et nous aussi !

Une chouette matinée de boulot samedi, avec des familles invitées, un partenariat avec une instit super, du café et des madeleines, des livres lus à des enfants, surtout ceux d'Anthony Browne, plein de nouveaux inscrits.

Mes beaux-parents qui ont gentiment décidé de fêter mon anniversaire en avance et qui sont arrivés avec des cadeaux, dont des plaquettes de chocolat Valrhona. Ils nous ont aussi apporté un tableau de Roland Dutel qui a fait le bonheur du magicien :

Petits bonheurs de la semaine (26 mai 2014)

Dormir, dimanche matin, avec mon chéri, pendant que mes beaux-parents s'occupent du magicien.

Aller faire un petit tour aux portes ouvertes des ateliers d'artistes de Belleville.

Et un petit bonheur supplémentaire parce qu'il y en a bien besoin ce soir : mon article de Fille d'album sur la bibliothèque rose et la bibliothèque verte devenues la collection pour filles et la collection pour garçons a beaucoup été partagé sur Facebook et sur twitter, et par des gens que j'admire et la fréquentation du blog a bondi de façon spectaculaire, ça m'a fait bien plaisir !

 

Et le magicien ? Autant vous dire qu'il a fait son show devant ses grands parents : grands sourires, bisous, démonstration de langage et de jeux de doigts... Il était ravi de nous voir tous ensemble, quand quelqu'un sortait de la pièce, il allait le chercher, le ramenait en disant "assis" !

Repost 0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 15:48

C’est mon collègue qui a absolument voulu commander ce roman pour la bibliothèque. Et quand il est arrivé, c’est la couverture qui m’a fait de l’œil et donné envie de le lire (même si après lecture, on ne retrouve pas vraiment l’héroïne en surpoids dans la petite fille maigrichonne de la photo).

Le chat aux yeux d'or de Slivana de Mari

C’est le jour de la rentrée pour Leila. Elle quitte l’école du quartier des marais où elle vit, entre des bidonvilles et un camp de réfugiés, pour le collège de la ville. Mais elle se heurte au mépris et aux moqueries des élèves plus aisés et des enseignants. Elle aperçoit par la fenêtre un chat . « Il est noir, squelettique, tout écorché et blessé, avec des yeux brillants comme les étoiles quand le ciel en est plein ». Et d’une certaine manière, ce chat va lui venir en aide.

 

Ce roman n’hésite pas à aborder des sujets très durs. Leila est pauvre. Vraiment pauvre. Sa mère se tue à la tâche en faisant des ménages au noir, sans réussir à en vivre dignement. La réalité n’est pas édulcorée, la précarité s’accompagne de son lot de difficultés :  pères absents, enfants livrés à eux-mêmes, maltraitance et même mutilation sexuelle…. Pourtant, aucun misérabilisme dans la représentation de sa vie. Sa mère est aimante, son quartier est un lieu de découvertes qui fait de Leila une petite fille beaucoup plus dégourdie que ses camarades du même âge, il y règne une certaine solidarité, en particulier entre enfants.

 

 

Ce qui est marquant, c’est la dureté de l’école, des professeurs, pour cette enfant qui ne sort pas du moule qu’ils attendent. Il y a ceux qui pêchent pas une pitié excessive (la prof de maths qui la regarde avec pitié au lieu de lui expliquer comment faire une division), le prof de sport qui ne réfléchit pas au fait que ce qu’elle exige n’est pas possible pour tous les élèves :

 

« Il n’y aura pas cours aujourd’hui car personne n’a sa tenue de sport le premier jour, ça va de soi. On commence donc la prochaine fois. Ceux qui se présenteront sans le nécessaire auront un avertissement, souvenez-vous en. A propos, le nécessaire comprend… ils prennent des notes ? Bien… un survêtement bleu foncé ou éventuellement noir, un T-shirt à manches courtes, blanc, sans rien d’écrit, de dessiné ou de gribouillé dessus, une paire de chaussettes avec talon renforcé, une paire de chaussures de sport…

Leila a pris son stylo, mais elle le repose sans rien écrire. Elle se dit que si elle avait ces affaires ou les moyens de les acheter, elle ne se baladerait pas attifée comme quelqu’un qui s’est échappé d’un camp de réfugiés ou a volé ses vêtements à un épouvantail. (…) Elle sait déjà qu’elle oubliera ses affaires pendant tout le reste de l’année scolaire. »

 

Mais aussi l’hostilité et le mépris affichés de la prof d’italien :

« De quelle école viens-tu ?

Question facile.

- De la Santorre de Santarosa, répond Leila.

Peut-être était-ce moins facile qu’il n’y paraissait : les angles de la prof d’italien s’effondrent de désaprobation et les rires moqueurs fusent de nouveau dans la classe. Au cours des minutes qui suivent, Leila se rend compte que les écoles se divisent en établissements de catégorie A et établissements de catégorie B.

Or la Santorre de Santarosa fait visiblement partie de la catégorie Z. Son nom ronflant désigne en fait un baraquement à proximité des marais, fréquenté par les enfants des camps de réfugiés et de nomades. On n’y trouve en général aucun spécimen national. L’année dernière, Leila était une exception. D’ailleurs, il n’est même pas prévu qu’un élève sorti de ce poulailler ose gravir les marches menant au collège. La prof d’italien commente : les parents de nationalité italienne, même ceux qui vivent dans les marais (et qui, soit dit en passant, ne sont pas la crème de la crème) ne sont quand même pas si stupides. Comment font-ils pour ne pas comprendre la nécessité d’inscrire leurs enfants ailleurs ? »

 

La dureté de certains passages est « compensée » par la douceur d’autres. Leila va créer des liens avec des enfants de sa classe. Découvrir que l’aisance financière ne rend pas forcément heureux et ne garantit d’une famille équilibrée. Chacun va apprendre des autres, à l’occasion d’un exposé sur halloween. La lecture (en particulier celle du seigneur des anneaux) va lui permettre, ainsi qu’aux enfants de son quartier, d’accéder à autre chose. Un chien perdu, qui débarque chez elle, va contribuer à la rendre heureuse. Et son propriétaire qui la recherche pourra peut être bien jouer un rôle dans sa vie…

Le happy end est un peu (beaucoup) facile, mais donne le sourire. C’est un des avantages du roman jeunesse de faire passer sans que ce soit gênant un retournement de situation pas forcément crédible.

 

La présence du fantastique, très légère, avec le personnage du chat, n’existe peut être que dans l’imagination des lecteurs. J’ai aimé le fait qu’elle ne soit pas trop appuyée.

 

La seule réserve que j’aurais sur ce roman, c’est le début. Le prologue n’est à mes yeux pas très utile et les « conseils pour devenir écrivain » de l’auteur qui ouvrent le premier chapitre jurent avec le ton du reste du livre. Mais il serait vraiment dommage de s’arrêter à ça et de ne pas découvrir la suite.

 

Un roman à lire dès l’entrée au collège (les personnages sont donc en 6e) et à faire lire aux plus grands, aux adultes et aux profs pour qu’ils réalisent qu’ils pourraient faire partie de ces personnes un peu méprisantes, même sans le vouloir, face à une élève qui ne rentre pas dans le moule, alors que souvent, comme Leila dans ce roman, c’est quelqu’un d’extraordinaire que l’on va avoir envie de suivre et de découvrir.

 

Un autre avis chez Radicale (blog découvert récemment et qui décidément me plait bien...).  

Repost 0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 15:50

Cette semaine, je suis partie du très chouette album "Une minute, Alfred !" de Virginia Miller pour parler des stéréotypes de genre. Le même jour, j'ai parlé ici même de cet album, afin de créer un lien entre mes deux blogs et de l'aborder à la fois avec mes yeux de féministe et avec mes yeux de mamans qui lit des histoires à son fils.

J'ai réuni des liens passionnants à propos de Blanche-Neige, de Picsou magazine, des amazones et de beaucoup d'autres choses, et j'ai mis en avant les ressources de la bibliothèque municipale de Lyon à propos de littérature jeunesse antisexiste, de genre, de représentation des filles dans la littérature jeunesse. 

Et dès demain, on reparle d'édition genrée, ou comment Hachette transforme les collections de notre enfance (ou de l'enfance de nos parents). 

Repost 0
Published by Lila - dans Fille d'album
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche