Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 10:51

Aujourd'hui, un de mes coups de coeur de ces derniers mois à la bibliothèque :

Le roi qui n'a rien d'Alex Cousseau et Charles Dutertre édité chez Gallimard jeunesse.

  roi qui n'a rien

 « C’est l’histoire du roi qui n’a rien dans le pays de Tout-à-l’envers. Ici il pleut quand il y a du soleil, tout le monde a tout et le roi n’a rien. ».

Du coup, il est assis sur un trottoir et il attend, sans savoir quoi (voir illustration). Un chat s'installe à côté de lui. Ils vont rencontrer un jeune chevalier arrogant, une vieille dame à grosse voix et un chien affamé qui a très envie de manger le chat.

 

Un très beau conte qui fait souvent sourire (j'ai un faible pour la dernière phrase!). Une histoire en apparence toute simple, mais poétique et pleine de bonnes idées. On y trouve de nombreuses références (discrètes) à d'autres contes, comme le chat botté.  

Ce conte met en avant la richesse que représente l'amitié et montre que l'on peut être très heureux sans rien posséder (et qui réussit à amener celà avec légerté, ce que personnellement je n'ai pas réussi à faire dans cette critique !).

 

roi qui n'a rien intérieur

Un beau format à l'italienne. Des illustrations simples et colorées sur un fond blanc ou noir.  Elles fourmillent de détails, ce qui donne envie de rester 15 minutes sur chaque page.

J'aime particulièrement le jeu des proportions dans ces illustrations, qui mettent bien sûr en avant le roi et le chat au milieu de cette foule de personnages, et qui font qu'un personnage immense sur une page peut être minuscule sur la suivante (voir particulièrement le chevalier, qui apparaît majestueux mais se retrouve ensuite bien plus petit que le chat !).

 

J'ai lu ce conte à une classe de CP, cette histoire a eu beaucoup de succès et suscité pas mal de réactions sur la richesse, le fait de posséder ou non ("mais un roi, il devrait avoir des choses!"). Elle a également fait sourire les parents accompagnateurs (et ça, c'est loin d'être évident!). Elle peut être accessible même avec des enfants un peu plus jeunes (dès 4-5 ans).

En lecture individuelle, c'est un vrai bonheur, puisqu'on laisse à l'enfant la possibilité d'aller à son rythme, de profiter pleinement des illustrations.

 

De manière générale, j'aime beaucoup les albums d'Alex Cousseau qui nous entraine à chaque fois dans des univers originaux et qui a la bonne idée de collaborer avec des illustrateurs très différents.

Allez voir, par exemple :

dans-moi.jpg

 

Dans moi avec Kitty Crowther

Un texte poétique sur une rencontre avec soi, celle que l'on fait un jour en grandissant. Sur les frayeurs qu'il faut affronter pour réussir à s'exprimer et être heureux.

 

 

 

charles à l'école des dragons

Charles à l'école des dragons avec Philippe-Henri Turin

Un très grand format pour raconter l'histoire de ce petit dragon aux ailes démesurées, qui décidément ne fait rien comme les autres dragons et préfère écrire de la poésie que de cracher du feu.

 

 

 

 

 

  Alors, ces lives vous inspirent ?

Vous connaissez d'autres oeuvres d'Alex Cousseau ?

Je sais qu'il a aussi écrit des romans pour la jeunesse, quand j'aurai un peu de temps, j'essayerai d'aller y jeter un coup d'oeil !

Repost 0
Published by Lila - dans Lila bouquine
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 20:58

Il n’y a pas très longtemps, je suis tombée sur un article de rue89 parlant des livres non-sexistes pour enfants.
Et je me suis interrogée sur les livres que je lisais au quotidien aux enfants. Bien sûr, on ne trouve pas à la bibliothèque des livres comme ça :

 

 

chloé ménage

Chloé joue à faire le ménage. C'est pour les p'tites filles, si on ne sait pas le lire sur la couverture, le rose partout devrait nous l'indiquer. Et pour en rajouter une couche, voilà le résumé : "Chloé adore faire le ménage, elle fait tout comme sa maman, elle passe l'aspirateur, nettoie les carreaux, tout en dialoguant avec ses petits chats."

Je sais qu'on croirait à une blague ou une caricature, mais ce livre est réellement commercialisé ! Et si vous voulez prendre peur, il y en a toute une collection dans le même genre, et on a aussi la version pour les garçons : pendant que Chloé fait le ménage, Axel conduit un tractopelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais sans aller jusque là, la plupart des albums jeunesse mettent en scène une vision classique de la société.

Aujourd'hui, je vais m'attarder sur la représentation des parents dans les albums jeunesse. La plupart des albums lient la mère à l'intérieur de la maison, aux soins du bébé, alors que lorsque le père apparait et s'occupe du petit, c'est pour un jeu, une promenade... Et la maman représente la douceur quand le père est forcément fort et protecteur.

Je ne considère pas pour autant ces livres comme mauvais. Mais il est essentiel, à mon avis, de lire des albums montrant un partage plus équilibré entre les parents.

Une petite sélection de ces livres-là.

des-papas-et-des-mamans-ashbe.jpeg

 

 

Des papas et des mamans de Jeanne Ashbé :

un grand format, une grande image sur chaque page mettant en scène un enfant avec son père ou sa mère dans des situations de la vie quotidienne. Ici, le père fait la cuisine et les courses tout aurant que la mère. Il se termine sur l'idée que le tout-petit est entouré, plus largement, de nombreuses personnes (famille, amis) qui l'aiment très fort.

Ce livre marche très bien avec des tout-petits, dès 18 mois, puisqu'ils retrouvent leur univers quotidien, tout en découvrant des situations variées. Un de nos classiques !

De manière générale, les livres de Jeannes Ashbé ont le mérite de montrer que les papas aussi vont chercher leurs enfants à la crèche ou à l'école...

 

 

Browne - ma maman

mon papa browne

 

Ma maman et Mon papa d'Anthony Browne

Deux albums qui sont là encore deux grands classiques des albums pour tout petit. Une déclaration d'amour d'un tout-petit à son papa et sa maman.

Même si certains aspects restent classiques dans la représentation des parents (c'est maman qui fait la cuisine et les courses...), on voit le tout petit admirer la force de sa maman, costaude comme un rhinoceros, et qui pourrait être sans problème grand patron ou astronaute. L'enfant admire aussi la grâce de son père qui danse.

Le tissu de la robe de chambre de la maman et du pyjama du papa qu'on retrouve d'une illustration à l'autre sert de fil conducteur à l'album pour ces parents que l'on aime et qui nous aimeront toujours !

 

tigre, ce petit tigre

 

Tigre, ce petit tigre... de Malika Doray

Un petit livre sur l'hérédité : petit tigre ressemble aux membres de sa famille, même s'il reste unique !

Et pour une fois, il a hérité de la force de sa maman, et de la douceur de son papa !

Dès la naissance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

heureux-parents.jpg

 

Les heureux parents de Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Un couple attend son premier enfant. Celui-ci va bientôt arriver, accompagné de bonheurs mais aussi de difficultés (manque de sommeil, couches qui s'accumulent...). Cet enfant va grandir, mais les difficultés ne font que commencer ! Les parents vont affronter tout cela ensemble, les questions symboliques comme les taches quotidiennes.

Un très bel album, joliment illustré.

A partir de 5 ans.

 

 

 

 

 

Et pour finir mon petit coup de coeur du jour :

papa pas à pas

 

 

Papa pas à pas de Philip Waechter

 

Un jeune papa découvre son fils. De la sortie de la maternité aux promenades dans le parc, des grandes questions ("vaccin, pas vaccin?"), des jours avec et des jours sans (la première maladie de bébé)...

Des illustrations délicates, un sujet traité de façon sensible, et, je pense, assez juste.

Un livre que j'offrirais bien à un futur papa. Qui sera peut être plus touché et plus concerné qu'un enfant...

 

 

 

 

 

Un livre vous fait envie ?

D'autres idées de titres ?

Bientôt, d'autres titres concernant la lutte contre les stéréotypes sur les filles et les garçons...

Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 22:27

P1020998

 

 

Quand mon petit frère et sa chérie sont à Paris, on fait les touristes. J'en profite pour faire les ballades que je prends rarement le temps de faire le reste du temps.

 

Et hier, destination Versailles !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un coup de cœur pour les appartements de Mesdames que je ne connaissais pas. Et ces appartements sont beaucoup moins fréquentés que les appartements royaux, ce qui permet de beaucoup plus en profiter.

 

P1030003P1030007

 

 

En plus, il y a même une très jolie bibliothèque. Et moi, dès que je suis dans une bibliothèque, surtout quand il y a des livres anciens, je suis heureuse (comme quoi il n’en faut pas beaucoup pour me rendre heureuse).

P1030006

 

 

J'ai aussi adoré la chapelle, qui était fermée la dernière fois que j'y suis allée. Dommage qu'on ne puisse pas y entrer.

P1030015P1030024

 

Les appartements royaux sont somptueux. Mais, un dimanche au mois d’août, beaucoup trop encombrés ! En particulier la galerie des glaces. Prendre de jolies photos dans une pièce bondée, c'est à peu près impossible ! Même en "visant dans les coins", on voit la foule dans les miroirs !

P1030043

 

 

Et bien sur, la chambre de Marie-Antoinette. En bonne fan de Sofia Coppola, j'aime me retrouver dans l'ambiance du film (d'ailleurs, je me demande si la boutique de macarons Ladurée a été installée à Versailles depuis le film...), même si je suis habituellement peu attirée par ces ambiances trop roses et girly.

P1030062P1030065

 

Quelques détails qui m'ont plu :

P1030008

P1030022

 

 

 

 

 

Un gros faible pour les tapisseries multicolores. D'ailleurs, dans les appartements royaux, la perspective des différents salons de couleurs différentes est vraiment superbe (malheureusement impossible de la prendre en photo à cause du monde)

 

 

 

 

 

 

 

 

P1030071

 

P1030032P1020997

 

Et ma petite photo coup de coeur (je ne sais même pas vraiment pourquoi...)

P1030023

 

Mais l’avantage de venir un dimanche d’août, c’est que les grandes eaux musicales dans les jardins. Je vous montrerai quelques photos très bientôt…

Et toi, Versailles, tu connais ?
C’est quoi ton endroit préféré ?

Repost 0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 00:04

En ce moment, il y a des moments où j'ai un peu l'impression d'être la seule à travailler à Paris. Comme à midi, où j'ai fait le tour des 5 boulageries du quartier pour me trouver à manger, et où elles étaient TOUTES fermées. Ou quand j'ai mon homme au téléphone qui me raconte ses journées : "alors on s'est baigné, puis on a glandouillé, puis on a pris l'apéro avec des potes..."

 

Heureusement, en ce moment, il y a les Bibliothèques Hors les Murs. Si on n'utilise pas du jargon de bibliothécaire, ça veut dire que deux fois par semaine, mon collègue et moi, on emporte un chariot de livres et des jolis tapis et qu'on va s'installer dans un parc, sur une pelouse, avec tous nos bouquins, pour raconter des histoires aux enfants qui jouent dans le parc.
Et c'est juste un moment génial.
Les enfants, qui commencent à être habitués, arrivent en courant dès qu'ils nous voient, et certains restent toute la durée de la séances (1h30) pour enchainer les histoires.

On a nos petites victoires : une fille de 6-7 ans qui reste d'abord au bord du tapis et refuse qu'on lui lise des histoires, mais qui peu à peu prête une oreille à nos contes, jette un coup d'oeil aux illustrations puis finit par venir s'installer à côté de nous et par demander une histoire, puis encore une autre, puis encore une autre...

Il y a les grands frères et les grandes soeurs pour qui "les histoires c'est pour les petits", mais qui écoutent quand même bien attentivement l'histoire qu'on raconte à la petite, ou qui s'allongent dans l'herbe avec une BD.

Il y a des moments où on rit. Hier, en commentant un documentaire sur "comment on fait les enfants", un petit garçon : "c'est grâce aux supermatozoïdes".

Et hier, avec la petite Rose sur les genoux, en train de lire un de mes albums préférés, assise dans l'herbe à l'ombre d'un arbre, avec des enfants qui jouent autour, j'avais un peu l'impression d'être encore en vacances.

Un peu seulement, parce que quand même en 1h30, on n'arrête pas une seconde de lire à une vingtaine d'enfants, de discuter avec les mamans, d'essayer de les convaincre d'inscrire leur enfant à la bibliothèque (parce que le but de l'opération, c'est quand même d'attirer de nouveaux publics vers le livre et la bibliothèque), et que tout ça demande de la concentration et du dynamisme.

Mais en ce moment, c'est ce qui fait que je suis contente d'aller bosser !

 

Et toi, encore en vacances ou déjà de retour au boulot ? Il y a des moments au boulot où tu as quand même encore un peu l'impression d'être en vacances ?

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:41

Chaque mois, je lis deux ou trois romans jeunesse pour un groupe de bibliothécaires qui ensuite les recommande ou non à l’ensemble des bibliothécaires de la ville. C’est comme ça que j’ai été chargée de la lecture des Jeux de Pompéi d’Anne Pouget

 

derniers jeux pompéiDe quoi ça parle :
Lucius, un jeune adolescent, vit à Pompéi, entre son grand frère Beryllus, simple d’esprit, et la belle Alba dont il est amoureux. L’ombre du Vésuve semble alors protectrice. Mais nous sommes en 79...


Mon avis :
On s’intéresse ici à la vie quotidienne de la cité. Le héros travaille dans une foulonnerie (lieu de nettoyage des étoffes). Il va rencontrer tout au long du roman les habitants de Pompéi, visiter Ostie (le port de Rome), et assister de prêt aux jeux du cirque et aux combats de gladiateurs.

Toutes ces anecdotes sont intéressantes et le rythme du roman permet de ne pas trop avoir l’impression de lire un « roman pédagogique ». Même s’il manque à mon goût une intrigue un peu plus centrale et plus prenante.
L’ensemble du récit, écrit par une historienne, est très documenté. On découvre grâce à la partie documentaire finale que la plupart des personnages sont directement inspirés de la réalité. Dans ce cas, comment l’auteur a pu commettre l’erreur grossière de présenter Cérès, déesse de la nature et de l’agriculture, comme le dieu des enfers?? J’ai eu beau chercher une justification, faire appel à mes souvenirs d’études (j’ai fait des lettres classiques), et même faire quelques recherches, il n’y a aucune raison ! Une aussi grossière erreur dans un livre aussi documenté, c’est vraiment dommage !


Repost 0
Published by Lila - dans Lila bouquine
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 20:24

J’ai passé récemment une quinzaine de jours en Alsace. C’était la première fois que j’y mettais les pieds, et j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette région. Les circonstances très particulières de mon voyage, dont je parlerai sans doute plus tard, ne m’ont pas permis de découvrir la région librement (ni laissé le temps de faire des chouettes photos, celles-ci sont vraiment "prises au vol"), mais ce n’est que partie remise, parce que ça m’a vraiment donné envie d’y retourner.

 

Parmi les visites incontournables, Strasbourg bien sûr. Après un pique-nique sur la place Kléber, la visite de la cathédrale et de la petite France. Et c'est une ville suffisamment grande pour ne pas avoir l'impression d'être uniquement entourré de touristes!

 

P1020399 

P1020424

 P1020460

 

Le château du Haut Koenigsbourg :

C’est majestueux, la vue sur la vallée est impressionnante, c’est la visite incontournable de l’Alsace, et c’est justifié !

P1020888

 

 

Pendant toute la visite, j’ai pensé à mes frères quand ils étaient petits et à leur passion pour les chevaliers et les chateaux forts, ils auraient été les plus heureux du monde dans ce château. C'est à faire absolument avec des enfants !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore quelques détails :

P1020893P1020908

(sur ces photos, on ne se doute pas que 45 minutes plus tard, nous étions trempés par un énorme orage !)

 

 

Riquewihr :

P1020969

 le village touristique par excellence avec sa rue bordée de boutiques de souvenirs. A éviter en plein mois d’août, comme nous. Mais le charme de ses maisons fleuries réussit à faire oublier l’affluence. Et ça a été une occasion pour moi de découvrir les macarons alsaciens, à la noix de coco ! (les macarons sous toutes leurs formes sont une addiction chez moi !).

P1020959P1020966

 

 

 

 

 

P1020825

 

 

Mais le vrai coup de cœur de ces vacances, ça a été la campagne

alsacienne. Pourtant, je suis une caricature de citadine incapable de rester plus d’une semaine loin des pots d’échappement. Mais dans le petit village de Saâles, entre l’Alsace et les Vosges, où nous logions, la forêt est juste magnifique et j'ai adoré les promenades en forêt. Dommage que la pluie un peu trop présente ait fortement limité nos sorties et rendu impossible une vraie randonnée ! 

 

 

 

 

 P1020820

Ces quelques photos relèvent du parfait cliché du touriste en Alsace, mais personnellement ça me donne envie et surtout envie d'en voir plus !

Repost 0
Published by Lila - dans Lila voyage
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 22:57

3h de TGV pour rentrer à Paris, et un « inédit » de Ken Follett au Relay de la gare, je craque ! D’autant plus qu’il parle du monde de l’art et d’un de mes peintres préférés !

 

scandale-modigliani.jpgDe quoi ça parle : une étudiante en histoire de l’art découvre par hasard l’existence d’un tableau inconnu de Modigliani. Elle se lance aussitôt à sa recherche, bientôt suivi par un détective envoyé par son oncle, galeriste influent, et d’un jeune galeriste qui veut se faire connaître.

 

Mon avis :

J’ai été un peu déçue. Je l’ai lu sans déplaisir : le rythme est entrainant, le style agréable. Mais j’ai trouvé que les personnages étaient survolés et peu attachants. Sans doute parce que j’aime chez Follett ses pavés, me plonger dans une épopée de 600 pages, où l’on prend le temps de s’attacher à une dizaine de personnages.

La description du marché de l’art n’apporte pas grand-chose, surtout vingt ans après (l’action se déroule dans les années 1980). On reste là encore en surface. D’ailleurs aucun des personnages ne s’intéresse vraiment à Modigliani, c’est uniquement une histoire d’argent ou de reconnaissance sociale.

Vivement que je trouve le temps de me plonger dans La chute des géants, qui traine sur mon étagère depuis un bon moment déjà !

Repost 0
Published by lilablogue - dans Lila bouquine
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:03

Je suis bibliothécaire, et je travaille depuis quelques mois en section jeunesse. La quasi totalité de mes lectures, depuis le moins de décembre, sont donc des romans pour ados. Pas vraiment une corvée pour moi, puisque j'ai toujours adoré ça !

 

Parmi mes lectures récentes, Crimes et jean slim de Luc Blanvillain a été une très bonne surprise.

crime et jean slim

De quoi ça parle :

Adélaïde, avec sa mère musicienne, ses vêtements classiques et son intérêt pour les cours de littérature, a tout pour être catégorisée comme la petite intello. Mais pour ne pas devenir le souffre-douleur de la classe, elle se fait rebaptiser Adé et enfile chaque matin sa tenue de combat pour devenir la « reine des pouffes » de son lycée. 

Malheureusement pour elle, un tueur en série se met à assassiner les pouffes de la ville… et son déguisement la fait figurer en bonne place parmi les cibles du tueur ! Il lui faut donc découvrir qui il est.

Elle sera aidée dans son enquête par son petit frère, Rod, passionné par les éléphants, et par Thibault, jeune homme très mignon mais qu’elle ne peut pas fréquenter librement puisque c’est un intello. 

 

Mon avis :

 Une description au vitriol des adolescentes, qui n’épargne pas complètement l’héroïne, bien prompte à entrer dans le moule. L’ironie est souvent mordante. On rit tout au long de la lecture.
L‘auteur n‘hésite pas à aller jusqu‘au loufoque (le petit frère qui enquête très sérieusement pour savoir pourquoi son grand-père a été tué par un éléphant) ce qui donne une réelle originalité au livre.
Les personnages secondaires sont particulièrement intéressants. Le petit frère, bien sûr, mais aussi la grand-mère qui perd la tête. J’ai eu un coup de cœur pour le personnage du professeur de français, et par sa description de la classe : les élèves qui sont persuadés d’être discrets et le professeur qui continue son cours sans se laisser perturber alors qu’il voit tout (ça m’a rappelé mes élèves qui pensaient être discrets en envoyant des textos sous la table, lors de ma brève expérience de professeur de français en lycée !).
L’aspect « roman policier » est un peu moins convainquant, l’identité du serial killer étant plutôt prévisible. Mais cela ne gâche en rien la lecture, et la fin est super !
Le petit format carré du livre est attractif.
Pour les filles qui aiment la chick litt, afin de leur faire découvrir quelque chose de différent mais de tout aussi réjouissant. Parfait pour des ados de fin de collège, mais aussi pour les adultes.

 

D'autres avis ? Allez jeter un coup d'oeil  ici et .

Repost 0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 21:15

J’ai passé beaucoup de temps sur des blogs ces derniers temps. Et ça m’a donné envie, à moi aussi, de partager un peu de moi. De vous livrer mes coups de cœur, mes ballades, mes envies, dans cette période de ma vie fascinante (et épuisante) où tout change, bouge, et en même temps se met en place « pour de bon ».
Voilà donc mon petit coin sur internet ! Bienvenue !

Repost 0
Published by lilablogue
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche