Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 12:00

Premier petit bonheur : reprendre le temps de bouquiner. 

 

Deuxième petit bonheur : un nouveau chouette projet professionnel qui se met en place : un "comité de lecture petite enfance" avec des bibliothécaires et des professionnelles de crèches.

 

Troisième petit bonheur : sortir du boulot et rejoindre le magicien et mon chéri au parc de Belleville, profiter du soleil, sympathiser avec les enfants d'à côté (la petite fille est venue s'installer tout naturellement sur mes genoux !)

 

Quatrième petit bonheur : toujours au parc, alors qu'on s'apprêtait à rentrer, tomber sur une représentation d'Hamlet par la compagnie tout le monde dehors qui joue gratuitement, dans la rue, des pièces classiques. Vraiment très réussi, et je l'ai d'autant plus savouré que ça faisait un bon moment que je n'étais pas allée au théâtre !

 

 

 

Cinquième petit bonheur : un joli gilet Vanessa Bruno rose pétant ! (c'est le piège d'avoir un copain qui bosse pour une marque de luxe et qui te dit "ah mais je peux te le faire mettre de côté pour les soldes !", j'ai d'ailleurs encore un sac qui m'attend)

 

Sixième petit bonheur : un apéro pour la "fête des voisins" dans la cour de l'immeuble (un bébé, c'est l'idéal quand on débarque dans un endroit où on ne connait pas grand monde, ça crée tout de suite un sujet de discussion !).

 

Petit bonheur avec le magicien : en ce moment, le magicien parle beaucoup et avec beaucoup de sérieux. Et j'adore rentrer dans son jeu. En général, je répète ce qu'il vient de dire, il fait un autre son, je répète encore... et on se marre ! On le fait souvent quand on se promène et qu'il est dans le manduca, les gens dans la rue doivent me prendre pour une folle !

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 22:15

Avec le magicien, il y a les jours avec. Ceux où il a le sourire toute la journée, où ses siestes et ses repas tombent pile au bon moment pour qu'on puisse sortir (et pour que je puisse manger tranquille), et même parfois où il joue seul pendant 20 minutes et que je peux faire autre chose.

Et puis il y a les jours sans. Ceux où le magicien est "ronchonchon" comme dit son père, ceux où il ne supporte pas que je m'éloigne de lui et hurle tout le long de ma douche (de 3 minutes), ceux où avec un seul petit pot, il réussit à en mettre partout sur lui, sur moi sur la chaise haute et sur le sol, mais qu'il refuse en hurlant d'en avaler plus que trois bouchées, ceux où il pleure comme s'il était le bébé le plus malheureux du monde parce que je ne suis pas à sa disposition pour le mettre debout, ceux où il ne dort pas même épuisé, ceux où quand on le prend dans nos bras, il nous repousse et se jette en arrière...

Ça peut être parce qu'il n'a pas bien dormi, parce qu'une dent l'embête, ou tout simplement parce que comme ça arrive à tout le monde, il s'est levé du pied gauche.

Et enfin, il y a les jours cauchemar. Les jours sans du magicien qui tombent les mêmes jours que mes jours sans. Ceux où je n'ai pas de patience, où ce qui me ferait sourire un autre jour m'exaspère et où ce qui ne ferait que m'agacer me rend folle. Où je m'énerve, je râle, et parfois même je perds le contrôle et je crie. Ces jours là, parfois, mon chéri me retrouve en larmes le soir, avec l'impression d'être la plus mauvaise mère du monde.

Ces deux derniers jours* étaient bien partis pour être des jours cauchemars. Le magicien était ronchon, j'étais crevée, tendue et pas patiente.

Alors je suis sortie avec mon bébé sous le bras en manduca et je suis allé, pour la première fois à la maison des sources.

A la maison des sources, on peut arriver quand on veut et rester aussi longtemps qu'on veut.

A la maison des sources, il y a de la place et un espace adapté pour que les petits puissent jouer sans qu'on ait à leur dire sans cesse "non, ne touche pas à ça!". Un tableau sur lequel on note le prénom des enfants présents. Une table près des fenêtres pour goûter. Un mobile avec des poissons. Une locomotive à pousser quand on commence à tenir debout. Une grande cabane en bois pour jouer. Des ballons de toutes les tailles. Des toupies colorées.

Et surtout, il y a d'autres enfants que le magicien peut regarder avec ses grands yeux. Il s'en approche, va taper sur caresser la tête des plus petits, fait des grands sourires aux bébés de son âge et regarde avec de grands yeux admiratifs les grands qui courent. Il veut jouer avec les mêmes jouets, aller aux mêmes endroits... Et je sens à quel point c'est important pour ce bébé qui passe la quasi totalité de son temps en tête à tête avec ses parents.

Il y a des personnes qui nous accueillent avec le sourire. D'autres parents qui sont dans la même situation et qui sont ravis d'échanger quelques mots.

Nous y sommes restés 2 heures. En rentrant à la maison, j'étais à nouveau détendue et disponible. Le magicien était de meilleure humeur. Et je me suis dit que j'avais vraiment de la chance d'habiter tout près de cet endroit.

* En fait, c'était la semaine dernière, et j'y suis retournée depuis avec le magicien, mais le temps d'écrire l'article, de découvrir que cet accueil était inspiré de la maison verte de Dolto, de jeter un coup d'œil sur ces maisons vertes... Je pensais vous parler des maisons vertes sur le blog des vendredis intellos, d'ailleurs, mais pas le temps aujourd'hui, la semaine prochaine j'espère !

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 12:00

Après les sculptures monumentales exposées dans des salles bondées, c'est un vrai bonheur de découvrir les salles désertes du premier étage. D'autant que même si les pièces exposées sont moins spectaculaires, elles sont aussi intéressantes, et à mes yeux beaucoup plus touchantes que les précédentes.

J'ai en particulier adoré les salles consacrées aux sculptures en terre cuite, car elles contiennent des pièces qui évoquent directement la vie quotidienne des grecs.

Comme elles étaient peu chères, ces figurines étaient souvent offertes comme offrandes. Elles deviennent ensuite objets de décoration, offrandes funéraires ou jouets pour enfants.

Quelques coups de coeur :

Ménade, suivante de Dionysos (source : RMN)

Ménade, suivante de Dionysos (source : RMN)

Boulangères au pétrin (source : RMN)

Boulangères au pétrin (source : RMN)

Boucher et cuisinière (source : RMN)

Boucher et cuisinière (source : RMN)

Scribe

Scribe

Danseuse aux crotales (source : RMN)

Danseuse aux crotales (source : RMN)

Jouet pour enfants

Jouet pour enfants

Ensuite on arrive aux salles consacrées aux céramiques.

On commence par les vases archaïques, ornés de figures géométriques ou d'animaux, datant du 7e siècle avant JC :

(source : RMN)

(source : RMN)

(source : RMN)

(source : RMN)

Les antiquités grecques au musée du Louvre, la suite

Puis au VIe et Ve siècle, on retrouve les sujets mythologiques :

Achille et Ajax jouant aux dés

Achille et Ajax jouant aux dés

Gorgone (source : RMN)

Gorgone (source : RMN)

Les antiquités grecques au musée du Louvre, la suite
Satyre jouant de la double-flûte (source : RMN)

Satyre jouant de la double-flûte (source : RMN)

Les antiquités grecques au musée du Louvre, la suite

Voilà un bref aperçu, les collections sont tellement riches qu'on pourrait y passer des heures. D'ailleurs, moi, je reste sur ma faim, et j'irai refaire un tour au Louvre un de ces jours (d'autant que je n'ai même pas eu le temps d'aller jeter un oeil aux antiquités étrusques et romaines).

Repost 0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 12:00

Premier petit bonheur : découvrir la "maison des sources", lieu d'accueil pour les tout-petits et leurs parents. Je vous en parle très vite !

Deuxième petit bonheur : Aller boire un coup avec des collègues et d'anciennes collègues : une soirée dehors sans bébé, ça fait du bien !

Troisième petit bonheur : le beau vendeur de la biocoop qui court derrière moi en m'appelant (bon, ok, c'était pour me tendre le paquet de couches que j'avais oublié !).

Quatrième petit bonheur : au boulot, plein de nouveaux projets pour l'année prochaine (un peu trop, même, sans doute !).

Cinquième petit bonheur : un spectacle inattendu juste sous notre fenêtre par un groupe d'au moins 30 percussionnistes ! Des gens qui dansaient dans la rue et une énergie contagieuse. Le magicien était ravi ! On vit vraiment dans un chouette quartier.

Sixième petit bonheur : se balader au vide-grenier de notre quartier et trouver plein de choses chouettes !

Un chouette bouquin avec cd, un puzzle neuf, un jouet à trainer vintage (rebaptisé "le jouet crapi" par Paul qui ne comprend pas vraiment le concept) et un mobile dragons (encore un!)
Un chouette bouquin avec cd, un puzzle neuf, un jouet à trainer vintage (rebaptisé "le jouet crapi" par Paul qui ne comprend pas vraiment le concept) et un mobile dragons (encore un!)

Un chouette bouquin avec cd, un puzzle neuf, un jouet à trainer vintage (rebaptisé "le jouet crapi" par Paul qui ne comprend pas vraiment le concept) et un mobile dragons (encore un!)

Petit bonheur avec le magicien : depuis quelques jours, le magicien nous rejoint dans la pièce où on est quand il a envie de nous voir (c'est-à-dire environ 30 secondes après qu'on ait quitté la pièce où il se trouvait ^^). Quand je suis rentrée du boulot vendredi, il était dans la salle de bain, et il s'est littéralement précipité vers moi à travers la cuisine !

Et très bientôt (dans la semaine je pense), un concours sur le blog avec des livres à gagner !

Repost 0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 22:11
Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Cet article est également publié sur le blog des vendredis intellos.

Sur les vendredis intellos, on parle de parentalité.

Alors j'ai eu envie de mettre en avant un très beau livre sur le sujet : les heureux parents de Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart.

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Ce livre se présente comme un album jeunesse, mais il est à mes yeux beaucoup plutôt destiné aux adultes (mais je n'ai pas eu d'occasion de le lire à des enfants un peu grands). C'est d'ailleurs à mon amoureux et moi que je l'ai offert, quelques mois après la naissance du magicien, après l'avoir fait dédicacer par les auteurs.

 

Le livre commence comme un conte de fées :

Il était une fois une sublime princesse et un vaillant prince, inséparables depuis l'instant de leur rencontre (...) Puis, une graine vint à germer dans le ventre délicat de la princesse. Les deux amoureux se félicitèrent de découvrir bientôt la joie d'être parents. (...) Mais c'était sans compter sur les multiples épreuves qui les attendaient.

Le reste du livre garde cette structure narrative, puisqu'il va lister les épreuves qui les attendent, comme un conte raconterait les épreuves d'une quête. Cela commence pendant la grossesse :

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

puis en présence du puis des bébés.

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart
Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Les enfants grandissent. Vient l'âge des questions :

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Puis quelques pages plus tard l'adolescence....

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

avant l'entrée dans l'âge adulte.

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Le texte sonne juste, même si je ne me suis pas reconnue dans toutes les "épreuves" (les références à Œdipe sont par exemple trop nombreuses à mon goût).

Mais surtout, on retrouve les magnifiques illustrations d'Emmanuelle Houdart, qui réussit à mettre de la poésie et de la beauté même dans les scènes les plus triviales, puisqu'elle n'hésite pas à représenter un bébé en train de vomir, un tire-lait ou un père en train de changer une couche :

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

Chaque double page a ses teintes dominantes. Comme toujours chez Emmanuelle Houdart, l'élément végétal est très présent, mais on trouve également de nombreuses allusions au corps humain : cœur, sang...

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart

A chaque lecture, on découvre de nombreux détails. J'aime pas exemple les livres dessinés : on trouve à la fois Dolto, l'encyclopédie des pourquoi, des auteurs jeunesse comme Kitty Crowther ou Marie-Aude Murail mais aussi "le parfum" sur la page consacré aux couches !

En un mot, je trouve que ce livre réussit merveilleusement à mêler de la poésie à la réalité de la vie de parent, même dans ses aspects difficiles.

Au final, que faut-il aux parents ?

Il leur aura fallu des montagnes d'amour et des puits de sagesse.

Et pour conclure cet article, les pages de gardes de l'album :

Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart
Les heureux parents, Laeticia Bourget et Emmanuelle Houdart
Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 12:00

Ca faisait longtemps que je n'avais pas parlé de romans pour ados. Mes lectures jeunesse se sont plutôt tournées vers la petite enfance ou les albums ces derniers temps (on se demande pourquoi !).  Mais ces derniers temps je me suis replongée un peu dans des romans.

J'étais impatiente de lire le dernier Malorie Blackman, parce que j'avais adoré sa saga précédente "entre chiens et loups". Et je n'ai pas été déçue.

 

boys-don-t-cry-copie-1.jpg Résumé : Dante attend les résultats des examens qui vont lui ouvrir la porte de l'université quand son ancienne petite amie débarque.

"J'ai fixé Mélanie.

Elle n'avait pas 19 ans. Comment avait-elle pu être assez stupide pour tomber enceinte ? Elle n'avait jamais entendu parler de la pillule ?

- Dante, tu m'écoutes ?

- Hein ?

J'essayais encore d'intégrer que Mélanie était mère quand elle a pris une grande inspiration, puis une autre.

- Dante, c'est toi le père. Emma est ta fille."

Très vite, Mélanie disparait en lui laissant le bébé. A 17 ans, il se retrouve donc père d'une petite fille de 11 mois. 

 

 

Malorie Blackman n'édulcore pas les réactions de Dante : indifférence, dégoût, colère...

"Cet enfant dans mes bras était un mur de briques entre ma vie et moi. Je voulais qu'on m'en débarrasse. Je n'allais quand même pas laisser cette petite chose ruiner mes projets, gâcher mon avenir. Pourrir ma vie entière".

Même si on est dans un roman pour ados et que, comme on peut s'y attendre, la situation va évoluer assez rapidement. Dante va s'attacher à Emma, apprendre à l'aimer et finalement être incapable d'envisager sa vie sans elle.

"Je réalisais que ses pitreries avaient beaucoup plus d'effet sur moi qu'avant. Je devais me retenir pour ne pas rire trop fort avec elle ou pour ne pas lui sourire trop longtemps ou pour ne pas la laisser prendre toute la place dans ma tête.

Je ne voulais pas qu'elle prenne toute la place dans ma tête".

Cette histoire d'attachement est au centre du roman. Et elle est racontée de deux points de vue différents, celle de Dante et celle de son jeune frère Adam.

Mais on aborde également les aspects "pratiques" : le fait de devoir renoncer aux études ou à la vie sociale des jeunes de son âge, la difficulté à trouver du travail, à faire garder un bébé.

En dehors d'Emma, les personnages principaux sont des hommes. Dante, son frère, et son père. La mère est morte plusieurs années auparavant. L'arrivée d'Emma va bouleverser l'équilibre familial. Elle va obliger les membres de la famille à se parler vraiment. Et j'ai aimé les nuances que Malorie Blackman apporte : entre les personnages, il y a l'amour, l'entraide, mais aussi la rancoeur, les difficultés à communiquer ou à avouer ses sentiments. Le fait de donner la parole tour à tour aux deux frères prend alors tout son sens.

Et le monde extérieur ? Comme d'habitude chez Malorie Blackman, il est âpre et hostile. On regarde de travers Dante, père si jeune, et Adam, homosexuel qui ose l'assumer. La violence peut faire irruption à tout moment. Et c'est sans doute encore plus violent que dans sa série précédente car il n'y a plus de filtre de la dystopie, on est dans notre société dans tout ce qu'elle a de plus dur.

Un très bon roman donc, dur et exigent.

A lire dès 13 ans je pense, et pendant toute l'adolescence.

Repost 0
Published by Lila - dans Lila bouquine
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:00

Premier petit bonheur : reprendre le boulot seulement le jeudi et donc pouvoir profiter encore des vacances... et donc encore de la vue de la terrasse !

 

Petits bonheurs de la semaine (17 juin 2013)

Deuxième petit bonheur : aller passer une journée à Porquerolles avec un ami. Prendre le bateau (monter sur un bateau, quelqu'il soit, me met de bonne humeur), manger une énorme coupe de glace à deux, se ballader, trouver une petite crique, profiter de l'eau transparente...

 

Petits bonheurs de la semaine (17 juin 2013)

Troisième petit bonheur : avoir l'occasion de me rapprocher de l'amoureux de mon meilleur ami.

 

Quatrième petit bonheur : reprendre la semaine où mon responsable est en vacances... L'ambiance est tout de suite plus cool !

 

Cinquième petit bonheur : finir le trone de fer ! Ca y est, j'ai lu tout ce qui est publié en français ! Je le mets dans les petits bonheurs de la semaine parce que je me suis régalée, mais je suis un peu frustrée de ne pas avoir la suite, surtout que l'auteur se débrouille pour laisser quelques personnages dans une situation pour le moins délicate...

 

Sixième petit bonheur : aller s'installer sur une pelouse aux Buttes  Chaumont et regarder le magicien jouer dans l'herbe.

 

Petit bonheur avec le magicien : le magicien est resté quelques jours en plus en vacances avec son papa.  Depuis qu'il est rentré, samedi, il passe son temps à dire maman (ou quelque chose qui y ressemble) en me faisant des bisous ! (son père commence à être jaloux !)

Repost 0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 21:10

Aujourd'hui, à la bibliothèque, il y avait du monde. Des lycéens en pleine révision pour le bac. J'ai trouvé ça mignon de les voir si concentrés et en même temps toujours prêts à faire 5 minutes de pause.

Le bac, pour moi, c'était il y a 10 ans. J'étais stressée, studieuse. J'avais fait un planning de revisions que j'ai suivi scrupuleusement. J'avais fait des fiches et des fiches de fiches. Appris des citations par cœur pour la disserte de philo ou des structures grammaticales à ressortir en espagnol.

Et tout à l'heure, j'ai repensé à une lettre que ma meilleure amie m'avait écrite pour mes 17 ans, juste avant le bac. Elle nous décrivait telle qu'elle nous imaginait 10 ans plus tard.

RDV dans 10 ans.
Toi :
En jean Lévis, tee shirt blanc, converses
Mariée à un "teleramateux", violoncelliste aux mains sublimes
Archiviste à la Bibliothèque Nationale

Aujourd'hui, je portais bien un jean Levis et des converses (offertes par l'amie en question d'ailleurs) mais j'aime mettre un peu de couleur dans mes tenues et mon tee shirt était vert.

Je suis mariée, mais j'ai compris depuis que l'intello artiste n'était pas l'homme qu'il me fallait. Parfois, mon amoureux lit télérama aux toilettes, quand il n'y a rien d'autre qui traîne. Moi, j'y suis abonnée depuis mes 17 ans et je continue à le lire religieusement toutes les semaines. Par contre j'ai arrêté de jouer du violoncelle depuis bien longtemps maintenant.

Je travaille bien en bibliothèque, comme nous l'imaginions, mais je me suis détournée des bibliothèques patrimoniales et des livres anciens qui me captivaient à l'époque car j'ai compris que ce qui me plaisait dans le métier de bibliothécaire c'était de donner à découvrir le livre. Rien de comparable entre ma section jeunesse et les chercheurs de la BNF à part ma passion toujours présente pour le livre.

Mais surtout, malgré des hauts et des bas dans notre relation, l'amie en question est toujours là. Le RDV est honoré.

C'est assez étrange de relire nos pensées et nos rêves d'ados. Ce qui me plait, c'est que même si j'ai changé et que je suis différente de ce que j'imaginais à l'époque, je n'y lis aucun renoncement. Et que je n'ai pas de regret quand je lis ce portrait (à part peut être celui d'être, maintenant comme à l'époque, trop raisonnable).

Et pour finir cet article, je reprends les paroles d'une chanson de Carla Bruni qui concluait la lettre (oui, on était ados, il y avait des extraits de chansons dans nos lettres) :

Puisque ma vie n'est rien alors je la veux toute
Toute entière tout à fait et dans toute ses déroutes

La dernière minute, Carla Bruni

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 20:21

Des bonheurs de vacances !

 

Premier petit bonheur : La vue de la terrasse au petit déjeuner, l'apéro toujours sur la terrasse et le repas du soir devant le coucher du soleil.

Petits bonheurs de la semaine (10 juin 2013)

deuxième petit bonheur : être en vacances avec un ami qui adore faire la cuisine. Œufs mimosas aux crevettes, tarte tatin pommes bananes, poulet au miel et à la moutarde... On se régale!

 

Troisième petit bonheur : bouquiner sur une chaise longue au soleil.

 

Quatrième petit bonheur : plage! Bronzette, baignade, et découverte du sable et de la mer pour le magicien. J'avais pas pu aller au bord de la mer l'été dernier, grossesse et maternage oblige, ça m'a fait du bien d'y revenir enfin !

 

Cinquième petit bonheur : pendant quelques jours, sentir que mon amoureux me manque, juste pour moi et pas parce que j'ai besoin du père du magicien. Se sentir amoureuse comme au tout debut.

 

Sixième petit bonheur : l'anniversaire surprise organisé par mon amoureux : des copains qui viennent (presque) par surprise passer le week-end, des parties de coinche, un apéro bien sympa, un gros gâteau au chocolat et un super chouette cadeau qui me faisait envie depuis un bon moment et qui me permet d'écrire cet article aujourd'hui.

 

Petit bonheur avec le magicien : en ce moment, le magicien fait des bisous, et même si c'est un bébé très sociable et toujours content d'être dans les bras de nos amis, c'est à son père et moi qu'il réserve ses bisous et ses plus grands sourires!

 

je vous raconte bientôt nos ballades, je vous parle des vacances entre potes avec un bébé, en attendant j'essaye de vous envoyer un peu de farniente et de soleil!

Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:00

Premier petit bonheur : manger mes premières cerises de l'année !

 

Deuxième petit bonheur : voir qu'ils annoncent (enfin) beau pour nos vacances dans le sud !

 

Troisième petit bonheur : manger les bons petits plats préparés avec amour par mon chéri. 

 

Quatrième petit bonheur : Aller visiter l'expo Chagall au musée du Luxembourg, avec mon amoureux, le magicien et mon meilleur ami. Le magicien est comme nous, il aime beaucoup Chagall, il poussait des cris de joie dans le musée !

 

Cinquième petit bonheur : un brunch d'anniversaire avec mon frère. 

 

Sixième petit bonheur : pleins de gentils messages, et en particulier le premier "bon anniversaire" de la part de mon mini frère !

 

Petti bonheur avec le magicien : Ca y est, le magicien a trouvé une technique très efficace pour ramper ! Il nous fait des blagues, on le laisse dans sa chambre et on le retrouve dans la salle de bain, il vient vers nous pour nous faire un calin...

 

Bon, sinon, les valises sont prêtes, départ pour 10 jours de vacances au bord de la mer, à bientôt !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Lila
  • : Bibliothécaire, maman du magicien (né en 2012) et de la puce (née en 2015), je parle de mes coups de coeur en littérature jeunesse, de ma vie, de mes ballades... J'ai un autre blog, http://filledalbum.wordpress.com où je réunis des ressources pour une littérature jeunesse antisexiste.
  • Contact

Recherche